•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parfum culte Chanel Nº 5 fête ses 100 ans

Un flacon de parfum Chanel N° 5.

Un siècle après sa création, le parfum Chanel N° 5 reste l'un des plus appréciés.

Photo : afp via getty images / ERIC FEFERBERG

Radio-Canada

Le 5 mai 1921, Gabrielle Chanel, surnommée Coco Chanel, lançait le célèbre parfum Chanel Nº 5. À l’époque, créer un parfum était rare pour une maison de couture, mais ce pari audacieux s’est révélé gagnant, puisque le mythique Chanel Nº 5 a traversé les années avec succès, sans prendre une ride. 

Il y a très peu de parfums qui existent encore 100 ans plus tard et qui sont toujours aussi populaires, a expliqué Stéphane Leduc à Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin

Selon ce journaliste de mode, qui écrit notamment pour le magazine montréalais Dress to kill, Chanel Nº 5 réussit à plaire même aux jeunes générations, puisque 60 % des femmes qui le portent présentement ont moins de 40 ans. 

Audace et innovation

Le Nº 5 de Chanel est né de la rencontre de Gabrielle Chanel, qui a créé sa maison de couture en 1913, avec le parfumeur Ernest Beaux, un Russe immigré en France qui a aussi imaginé la fragrance Chanel Nº 22. Celle qui a alors 38 ans choisit le cinquième des échantillons proposés par Ernest Beaux.

À l’époque, la plupart des parfums sont des soliflores, c'est-à-dire des fragrances avec une senteur florale dominante comme la rose, le muguet ou le jasmin. Toutefois, la créatrice de mode souhaite un parfum différent et inimitable, allant à l’encontre des soliflores romantiques qui dominaient alors. 

Pour Gabrielle Chanel, une femme n’était pas une fleur, mais un individu, a-t-il souligné.

L’idée qu'a eue Ernest Beaux, c'était de prendre des fleurs qui coûtaient très cher, et donc plus difficiles à imiter, mais surtout, d’utiliser les aldéhydes [des molécules de synthèse], qui ont permis de transformer complètement l’odeur des fleurs, raconte-t-il. 

Créer un parfum abstrait était une véritable révolution, et c’est une raison du succès du parfum.

Une citation de :Stéphane Leduc, journaliste de monde

Pour contenir cet élixir, Gabrielle Chanel choisit un flacon rectangulaire aux lignes sobres dont la modernité reste intacte aujourd’hui. Le flacon est habillé d’un emballage blanc au contour noir tellement emblématique qu’il est devenu facilement reconnaissable. 

Quant au nom Chanel Nº 5, il se démarque par son audace. C’est un nom qui est très moderne et original, alors que les parfums avaient des noms romantiques [à l’époque], explique le journaliste. 

La couturière Coco Chanel

Coco Chanel en 1944

Photo : Getty Images / AFP

Marilyn Monroe et d’autres égéries 

Plus qu’un simple parfum, Chanel Nº 5 est devenu une légende, notamment grâce à Marilyn Monroe. En 1952, l’actrice donne une entrevue au magazine Life. Lorsque le journaliste lui demande ce qu’elle porte pour dormir, elle répond : Juste quelques gouttes de Chanel Nº 5.

Ça a fait le tour de la planète, souligne-t-il.

Par la suite, Chanel Nº 5 est incarné par plusieurs icônes du glamour, dont les actrices Catherine Deneuve, Carole Bouquet, Nicole Kidman et, plus récemment, Marion Cotillard.

Les égéries font toujours rêver et entretiennent le mythe.

Une citation de :Stéphane Leduc, journaliste de mode

Toujours en quête d’excellence dans ses créations comme dans son marketing, la maison Chanel a fait réaliser ses campagnes publicitaires par de grands noms, comme les photographes de mode Richard Avedon et Helmut Newton pour capter le visage de Catherine Deneuve dans les années 1970, ou le cinéaste Ridley Scott pour filmer Carole Bouquet.

En 2004, c'est le réalisateur de Moulin Rouge, Baz Luhrmann, qui tourne une publicité avec Nicole Kidman pour le parfum.

Gabrielle Chanel, une femme libre

Le nom de Gabrielle Chanel est encore un nom qui résonne, qui fait rêver, affirme Stéphane Leduc. C’est une femme qui s’est battue, qui a réussi alors que [ça aurait pu ne pas] fonctionner pour elle.

En effet, Gabrielle Chanel a perdu sa mère quand elle était enfant et a été élevée dans un orphelinat. Ensuite, elle est parvenue à ouvrir sa maison de couture alors qu’elle ne venait pas d’un milieu bourgeois et que les femmes d’affaires étaient rares à l’époque. Toutes les barrières, elle les a fait tomber.

En 1954, après des années passées en Suisse après la Seconde Guerre mondiale, Gabrielle Chanel est revenue à Paris et a repris la création de vêtements. La grande couturière a alors 71 ans. Les réactions des gens, c’était : "Elle est trop vieille, elle est finie, elle n’a rien à apporter à la mode", dit Stéphane Leduc. 

Pourtant, c’est à ce moment-là que Gabrielle Chanel a imaginé une tenue qui marquera l’histoire de la mode : le fameux tailleur en tweed, notamment porté par Jackie Kennedy. 

Elle a continué à créer jusqu’à la fin de sa vie, le 10 janvier 1971, à l’âge de 87 ans. La veille, elle travaillait sur sa nouvelle collection de vêtements, présentée quelques jours plus tard, le 26 janvier 1971.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !