•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre de commerce de Rimouski-Neigette demande l'ouverture des magasins

Une affiche en bois sur laquelle ont peut lire « fermé » dans la porte d'un commerce non identifié.

La Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski rapporte un sentiment de détresse chez certains de ses membres (archives).

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le directeur général de la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, demande à la santé publique de permettre la réouverture des commerces non essentiels dans le Bas-Saint-Laurent.  Depuis le 1er mai, le gouvernement a imposé des mesures sanitaires plus strictes pour le secteur de La Pocatière à Rimouski.

Le chef d’antenne du téléjournal Est-du-Québec, Charles Alexandre Tisseyre, s’est entretenu avec M. Laterreur à ce sujet.

*pour plus de clarté à la lecture, les réponses ont été condensées.


Pourquoi déclarez-vous que les mesures sanitaires imposées dans Rimouski-Neigette sont disproportionnées?

Lorsqu’on compare certains résultats proportionnellement à 100 000 habitants, on a l’impression que les mesures sont passablement sévères pour notre région, mais en particulier pour Rimouski-Neigette. 


Que demandez-vous au gouvernement du Québec aujourd’hui?

Ce qu’on demande, c’est de revoir ces résultats-là, et d'apporter les correctifs le plus rapidement possible pour redonner de l’air aux commerçants de notre région.  Évidemment, tout en respectant les consignes sanitaires. 


Est-ce qu’on peut dire que vous réclamez la réouverture des commerces non essentiels? 

Il y a un constat à faire. On nous dit constamment que le résultat des comportements de certains individus et la contamination communautaire est la raison pour laquelle on est dans cette situation-là aujourd’hui. 

Encore une fois, on a de la misère à voir une corrélation entre l’ouverture des commerces et l’explosion de cas. Depuis le début de la pandémie, nos entrepreneurs ont travaillé très fort pour appliquer les mesures sanitaires. On les encourage d'ailleurs à poursuivre ces mesures-là, on est très fier d’eux. Maintenant, je pense qu’on a prouvé dans les derniers temps que c’était extrêmement efficace, que ça limitait la propagation, pour ne pas dire que ça l’empêchait.

On trouve ça un peu étrange qu’on tape tout le temps sur la tête des entrepreneurs et des entreprises sans nécessairement démontrer le lien direct avec l’augmentation des cas.

On souhaite la réouverture des commerces dans Rimouski Neigette en respectant les mesures sanitaires parce qu’on veut limiter au minimum la transmission du virus. Il faut toutefois comprendre qu’il y a des familles qui ont besoin d’un revenu derrière ça, donc c’est essentiel d'ouvrir les commerces. 


Les commerces non essentiels de Rimouski-Neigette sont fermés pour le moment, que vous disent vos membres au sujet de la situation actuelle, comment vivent-ils cette fermeture-là? 

Ça a été un coup dur à prendre. On pensait qu’à Noël, une certaine fermeture était le coup le plus lourd qu’on avait perçu parmi nos membres au niveau psychologique. Mais là vraiment, cette refermeture, on ne la voyait pas venir.

Ça a eu un effet de bombe littéralement chez nos entrepreneurs et on a eu des histoires d’horreur chez des gens qui malheureusement ont passé des moments extrêmement difficiles au niveau psychologique.

On a ouvert des tranches d’âges plus larges pour recevoir le vaccin, donc on pensait qu’on allait voir la lumière au bout du tunnel. 


Comment voyez-vous les prochaines semaines? 

Là on sait qu’il y a une nouvelle ministre qui a été nommée au Bas-Saint-Laurent, Mme Caroline Proulx. C’est une ministre qui a accompli beaucoup dans sa vie, et qui a annoncé dernièrement des mesures pour le tourisme.

On aimerait voir cette nouvelle nomination comme un vent de fraîcheur. On en a grandement besoin au Bas-Saint-Laurent de l’appui de la nouvelle ministre pour s'assurer que les efforts de la santé publique sont là, mais aussi qu’on met le même effort à protéger l’économie locale. 

Évidemment on encourage les gens à visiter les commerces locaux ainsi que d’utiliser les boutiques en ligne, qui sont disponibles sur notre territoire, pour contribuer à l’économie locale et redonner à la communauté. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !