•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto accorde un contrat de 20 millions $ à l’entreprise PayIt

Coupole et les deux bâtiments circulaires de l'hôtel de ville de Toronto

Le contrat de 20 millions de dollars a été approuvé par le conseil municipal, mercredi. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Benoit

Radio-Canada

Les conseillers municipaux de Toronto ont approuvé mercredi un contrat de 20 millions de dollars qui permettra bientôt aux résidents de payer leurs factures municipales sur une seule plateforme numérique au lieu de jongler avec les 11 portails distincts actuels.

Or, certaines entreprises technologiques locales affirment qu'elles n'ont pas été traitées équitablement lors de l'appel d'offres.

La Ville affirme que le service fourni par la société américaine PayIt changera la manière dont les habitants paient leurs impôts fonciers, leurs contraventions de stationnement et d'autres services municipaux.

C'est un pas en avant dans la modernisation de notre gouvernement et l'amélioration de l'expérience client pour les résidents, a déclaré le maire John Tory dans un communiqué. 

Les résidents, les entreprises et les visiteurs de Toronto veulent une interaction simple, cohérente et connectée avec la Ville et cette nouvelle offre de services nous aidera à y parvenir.

Mais certaines personnes ont exprimé des inquiétudes quant à la façon dont la ville a conclu l'accord. Selon ces personnes, les entreprises technologiques locales ont été exclues et le processus a manqué de transparence.

Les représentants de PayIt ont approché la Ville en 2019 avec leur idée de plateforme numérique. Ils ont ensuite travaillé avec la Ville pendant de nombreux mois avant qu'un contrat leur soit accordé.

La fondatrice de Tech Reset Canada, Bianca Wylie, a déclaré que ce processus a donné à PayIt un net avantage.

PayIt a travaillé avec le personnel de la Ville en dehors d'un contrat municipal pendant de nombreux mois, a déclaré Mme Wylie. Il y a eu une quantité importante de travail effectué avant [l’appel d’offres].

Autre proposition rejetée

L'été dernier, la Ville a d'abord présenté aux conseillers une recommandation pour un contrat à fournisseur unique avec PayIt, qui a été rejetée. Le personnel a donc ouvert l'appel d'offres à d'autres entreprises, mais a donné à PayIt la possibilité d'égaler n'importe laquelle de leurs propositions. 

Sam Selim, résident de Toronto, a déclaré que sa société SQL Power Group, qui a de l'expérience dans le monde entier pour des initiatives similaires, a présenté une offre qui fournirait le même service à un coût inférieur.

Voici une entreprise locale qui est prête à faire le même travail pour la moitié du prix, a déclaré M. Selim au sujet de la proposition de son entreprise, dont l'élaboration a coûté environ 100 000 $. 

La ville a rejeté la proposition de SQL. De plus, PayIt n'a pas eu à égaler l’offre, selon M. Selim.

Le conseiller James Pasternak, qui a voté en faveur de l'accord mercredi, a défendu le processus de la Ville.

[Le processus] est conforme à la politique municipale établie et a été examiné très soigneusement, a déclaré M. Pasternak.

Je pense que le processus a été équitable. Il y a des recours pour les compagnies qui estiment ne pas avoir été traitées équitablement.

M. Pasternak a souligné que l'accord est un programme pilote de trois ans qui permet à la Ville d'y mettre fin sans pénalité. 

Les résidents en bénéficieront, selon la Ville

À partir de l'automne, les résidents, les entreprises et les visiteurs pourront payer leurs impôts fonciers, leurs factures de services publics et leurs amendes de stationnement par transfert électronique de fonds ou par carte de crédit ou de débit.

Plus tard, la Ville ajoutera l'option de payer les permis, les licences et les amendes judiciaires, a-t-elle indiqué dans un communiqué de presse.

Le service sera accompagné d'une application et de l'option de facturation électronique.

Les autres méthodes de paiement continueront d'être maintenues afin de garantir un accès équitable, adapté et accessible aux besoins de la population diversifiée de la Ville, indique le communiqué.

Les résidents paieront des frais de 1,5 % pour les transactions par débit et de 2,35 % pour les cartes de crédit.

La Ville affirme qu'elle économisera 11 millions de dollars sur cinq ans sur les coûts, y compris les frais de carte de crédit qu'elle paie actuellement. PayIt gagnera entre 20 et 25 millions de dollars grâce à ce contrat.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !