•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Probable vaccination des adolescents, une bonne nouvelle pour les parents manitobains

Une pharmacienne extrait le contenu d'un flacon de vaccin à l'aide d'une seringue.

Les Manitobains de 12 ans et plus pourraient tous être admissibles au vaccin contre la COVID-19 d'ici le 21 mai.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Une mère de famille, ainsi que le groupe qui représente des parents francophones dans la province, se réjouit de la probable vaccination des adolescents au Manitoba.

Mercredi, Santé Canada a annoncé que le vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 peut être administré aux jeunes dès l'âge de 12 ans au pays.

Lors d’une conférence de presse, le coresponsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, Johanu Botha, a indiqué que les Manitobains de 12 ans et plus pourraient être admissibles au vaccin d’ici le 21 mai si les experts en santé de la province suivent l'avis de Santé Canada.

C’est une excellente nouvelle pour Chantal Cloutier, dont deux des enfants ont de 12 à 18 ans. Mme Cloutier, qui dirige une garderie à domicile, a déjà obtenu un vaccin.

J’ai vraiment hâte que mes enfants soient vaccinés. Chantal Cloutier note qu’il y a eu une éclosion dans l’école de sa fille.

Ma fille de 17 ans travaille dans un centre pour personnes âgées et on attend toujours qu’elle soit vaccinée.

Elle voudrait aussi que tous les travailleurs dans les écoles soient vaccinés. [ils] devraient avoir la priorité à ce point-ci.

Chantal Cloutier espère que la vaccination des adolescents et des enseignants permet la tenue d’une année scolaire normale à la rentrée.

La directrice générale de la Fédération des parents de la francophonie manitobaine, Brigitte L'Heureux, se réjouit aussi de cette nouvelle, notant que cela ouvre des choix pour les parents.

Je pense que plusieurs parents vont être contents de voir ces nouvelles.

Brigitte L’Heureux note que plusieurs écoles ont récemment dû passer à l’enseignement à distance en raison d’éclosions de COVID-19. Elle souhaite que la vaccination de jeunes puisse réduire la transmission du virus.

Cette année scolaire en temps de pandémie a causé beaucoup d’anxiété et de problèmes de santé mentale aux jeunes, ajoute-t-elle.

Avec les informations de Julien Sahuquillo

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !