•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lois sur le statut de l’artiste : le milieu culturel exige un engagement ferme

Une motion appuyant les demandes des artistes a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale aujourd’hui.

Nathalie Roy prenant la parole à l'Assemblée nationale du Québec.

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

L’absence d’un échéancier pour revoir les lois sur le statut de l'artiste inquiète des organisations qui représentent les travailleuses et travailleurs du domaine culturel. Toutefois, une motion appuyant les demandes des artistes a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale aujourd’hui et leur a redonné un peu espoir.

Mardi matin, à l'occasion de l'étude des crédits budgétaires 2021-2022 de son ministère, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a souligné qu’elle n'avait pas d'échéancier pour la révision de ces lois.

Cette nouvelle a semé une certaine commotion dans le secteur de la culture, explique Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes (UDA). Mais aujourd’hui, c’était plus nuancé. Il y a donc une reconnaissance qu’il faut faire quelque chose et ne pas remettre aux calendes grecques la révision des lois sur le statut de l’artiste.

La femme est assise dans un studio de télévision et lève un doigt en l'air.

Sophie Prégent, présidente de l'Union des artistes

Photo : Radio-Canada

Signe de l’émotion provoquée par les déclarations de Nathalie Roy : des artistes ont manifesté mercredi devant l’Assemblée nationale pour réclamer un filet social et dénoncer leur précarité.

En réaction, mercredi à l’Assemblée nationale, le chef de la troisième opposition, le député du Parti québécois, Pascal Bérubé, a demandé à Nathalie Roy si elle allait respecter l’engagement électoral de son parti sur la réforme du statut de l’artiste. La ministre a profité de cette question pour rassurer le milieu culturel.

Je ne vous donnerai pas de date, mais nous y travaillons. [...] J'ai vu quelques titres qui m'ont fait sursauter, en aucun cas nous ne renions nos promesses, a-t-elle répondu. Nous travaillons [...]  à modifier ces lois.

Une citation de :La ministre Nathalie Roy

Luc Fortin, président de la Guilde des musiciennes et des musiciens du Québec, rappelle qu’il n’y a jamais eu de date précise avancée par le gouvernement pour la révision de ces lois. Mais on a toujours eu espoir que ça serait à l’automne. Si c’est en octobre, on peut vivre avec, mais il ne faudrait pas que ça soit sur pause indéfiniment.

Du côté de l’Union des écrivaines et des écrivains du Québec (UNEQ), on accueille avec inquiétude le fait que la ministre a refusé de s’engager à légiférer en fonction d’un calendrier précis.

On sait que la ministre Roy a une sensibilité par rapport aux artistes. Elle l’a démontré pendant la pandémie. Je ne comprends pas pourquoi elle ne veut pas donner un agenda à son projet de loi. Quand on travaille sur un projet, on a un calendrier.

Une citation de :Le directeur général de l’UNEQ, Laurent Dubois

Il affirme, comme les autres organisations, qu’un soutien aux artistes passe par une loi structurante. Il faut absolument une loi à l’automne pour les artistes québécois. La vie va reprendre, c’est le moment ou jamais d’encadrer encore mieux les pratiques des artistes et de leurs producteurs, a-t-il martelé.

Une motion unanime pour les artistes

La motion adoptée à l’unanimité mercredi matin reconnaît que les artistes ont été durement touchés par la pandémie, que leur rôle est essentiel, que leurs conditions socio-économiques doivent être améliorées et que le gouvernement doit respecter son engagement de réformer les deux lois sur le statut de l’artiste.

Ce vote représente un baume pour les différentes organisations qui réclament une révision majeure de ces lois. D’ailleurs, une cinquantaine de mémoires ont été déposés lors des consultations en février dernier.

Ainsi, nous sommes rassurés par les déclarations de la ministre Nathalie Roy qui s’est engagée, encore aujourd’hui, à respecter les promesses de son gouvernement de déposer un projet de loi et de régler cet enjeu durant son mandat actuel, a déclaré par voie de communiqué la Fédération nationale de la culture et des communications, qui représente neuf associations œuvrant dans le milieu des arts et de la culture.

C’est comme un mandat pour que la ministre agisse rapidement. C’est quand même un engagement.

Une citation de :Luc Fortin

Demande pour un projet de loi cet automne

Sophie Prégent insiste aussi sur le fait qu’il faut viser l’automne afin de faire adopter un projet de loi décent avant la fin du mandat de la CAQ. Ce qu’on ne veut pas, c’est pelleter par en avant et devoir attendre les prochaines élections. C’est un temps crucial et important qu’on ne peut pas se permettre de perdre, ajoute la présidente de l’UDA en précisant que les mesures du gouvernement pour la culture ont été très bonnes pendant la pandémie.

Elle rappelle que la classe politique et le public ont loué le rôle des artistes pendant la pandémie. Si vous aimez les artistes, il est temps d’améliorer leurs conditions de travail, et de leur offrir un filet social et des assurances.

Avec les informations de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !