•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD de la Saskatchewan analyse sa performance lors des élections 2020

Les candidats du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan accompagnent virtuellement, Ryan Meili et sa femme Mahli Brindamour lors de son discours à la suite de la défaite du NPD.

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan a souffert la défaite face au Parti saskatchewanais en octobre 2020.

Photo : La Presse canadienne / Kayle Neis

Dans un rapport interne, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan analyse et soulève les problèmes qui lui ont coûté la victoire lors des élections provinciales de 2020.

Le document d’une soixantaine de pages, obtenu par Radio-Canada, décortique la performance décevante du NPD et note une perte de connexion avec ses électeurs depuis les élections de 2007.

Depuis les élections provinciales de 2007, où nous avons perdu le pouvoir, le NPD de la Saskatchewan a souffert du roulement de personnel, de défaites, du déclin de notre base électorale rurale, de dirigeants qui ont perdu leurs propres sièges ainsi que de conflits sur des thèmes comme le climat et l’énergie, peut-on lire dans le rapport.

Un panel composé de cinq membres du parti a dirigé la rédaction du document, qui a commencé peu après le mois d'octobre 2020. C’est notamment à travers une quarantaine d’entrevues et de discussions avec les membres du NPD que le panel a pu rédiger les analyses et recommandations du rapport.

Même si l’objectif du document, intitulé Saskatchewan 2024 : Making Change Happen, est de s’interroger sur la performance du parti en octobre dernier, la plupart des participants aux entrevues ont répondu que le NPD souffre de réels problèmes internes, et ce, depuis des décennies.

Nous avons perdu pour la quatrième fois consécutive. Nos membres sont convaincus qu’il y a beaucoup de modifications à faire au sein du parti.

La plupart des problèmes que nous décrivons ici se sont développés dans les 15 à 20 dernières années.

Une citation de :Rapport du NPD de la Saskatchewan

Le panel se concentre sur deux grandes solutions pour résoudre ces problèmes. La première est basée sur le fonctionnement des campagnes électorales, tandis que la deuxième porte sur une volonté de changement interne au sein de l’organisme politique.

Les raisons de la défaite

Selon le NPD, la baisse de participation électorale blesse beaucoup le parti. Traditionnellement assez élevé, le taux de participation continue de baisser depuis 1995 et reste faible depuis cette année. Le parti ajoute que les différents partis conservateurs ont généralement de meilleurs résultats lorsque le taux de participation est bas.

En 2020, 52,8 % des électeurs ont voté aux élections provinciales, alors que le taux de participation était d'environ 80 % en 1982.

Par ailleurs, le parti aurait du mal à rester solide et uni au fil des élections. À l’heure actuelle, seuls 13 membres du NPD siègent à l’Assemblée législative contre 20 en 2007.

Le parti mentionne aussi la perte de confiance et de votes de la part de la population rurale dans les dernières élections, des campagnes de financement qui ont recueilli moins d'argent comparativement au soutien financier pour le Parti saskatchewanais ainsi que la perte croissante de membres du parti depuis 1991.

Les recommandations du rapport

Parmi les nombreuses recommandations du panel, le parti veut avoir une approche plus agressive et critique du gouvernement actuel.

Le NPD serait un parti d’opposition trop gentil, lit-on dans le rapport. Un ancien candidat du parti explique même que le NPD est un joueur trop poli, alors que les règles de la politique sont tout le contraire.

Pour éviter cela, le document évoque l’idée d’une campagne politique permanente, avec une attaque constante du chef du NPD, Ryan Meili, contre le Parti saskatchewanais.

Si le gouvernement ne nous pose pas de problèmes, pourquoi en poserait-il un au public?

Une citation de :Rapport du NPD de la Saskatchewan
Une vue aérienne du palais législatif de Regina en automne.

Le NPD compte 13 députés au sein de l'Assemblée législative de la Saskatchewan. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trent Peppler

De plus, le NPD affirme ne plus compter sur le soutien de la classe ouvrière de la Saskatchewan, qui était traditionnellement une base électorale solide. Le panel recommande de redoubler d’efforts pour reconquérir ces gens en abordant notamment des thèmes fondamentaux qui influencent les familles des travailleurs.

Le rapport incite aussi le parti à se concentrer sur l’économie et le marché du travail, deux thèmes qui ont été ignorés ces derniers temps. Le document admet que la pandémie de la COVID-19 aurait aidé le parti du premier ministre Scott Moe.

La réaction de Ryan Meili

En entrevue mercredi après-midi avec Radio-Canada, le chef du NPD, Ryan Meili, a indiqué que le document est un outil important pour le futur du parti. Je suis encouragé par ce que j’ai lu dans le rapport.

Portrait de Ryan Meili portant le masque à l'Assemblée législative. (Archives)

Ryan Meili se dit motivé pour améliorer le futur du NPD de la Saskatchewan (archives)

Photo : CBC/Kirk Fraser

M. Meili reconnaît que plusieurs facteurs ont mené à la défaite en octobre 2020. Le parti, qui compte beaucoup sur des bénévoles pendant les campagnes électorales, avoue que la pandémie de la COVID-19 a aussi eu un effet négatif.

La pandémie a vraiment été difficile pour nous, car c’est difficile d’amener du changement pendant une crise.

Une citation de :Ryan Meili, chef du NPD de la Saskatchewan

Ryan Meili explique qu’il y a maintenant du travail à faire au sein du parti et que les recommandations serviront de feuille de route pour l’avenir. Pour reconquérir les milieux ruraux, le chef du parti avoue qu’il y a beaucoup à faire au cours des trois prochaines années.

Le chef de l’opposition se dit motivé et prêt à travailler. Ryan Meili espère obtenir le soutien de son parti et rester à la tête de l’organisation en octobre prochain lors du congrès du NPD.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !