•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La contribution de Régis Labeaume soulignée à Saguenay

Régis Labeaume a annoncé qu'il ne solliciterait pas un 5e mandat en novembre.

Régis Labeaume a annoncé qu'il ne solliciterait pas un 5e mandat en novembre.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le départ prochain de Régis Labeaume à la mairie de Québec a résonné jusqu’à Saguenay. La mairesse Josée Néron et son prédécesseur, Jean Tremblay, ont salué la contribution et la carrière de l’homme politique né à Roberval.

Régis Labeaume a annoncé mercredi qu’il ne briguera pas un cinquième mandat aux élections municipales de novembre prochain. Il occupe le poste de maire de la Vieille Capitale depuis 14 ans.

J’ai toujours bien aimé côtoyer Régis Labeaume. À sa façon, Régis a marqué son époque à la mairie de Québec. Il n’a jamais eu la langue dans sa poche, mais il l’a fait par conviction et aussi pour faire avancer sa ville et ses citoyens. Je retiendrai aussi qu’il est un homme de cœur et de passion. Et il s’est toujours fait un devoir de rappeler qu’il était né à Roberval et qu’il aimait bien le Saguenay–Lac-Saint-Jean, a déclaré la mairesse Néron par voie de communiqué. Celle-ci l’a côtoyé à plusieurs reprises lors des rencontres de l’Union des municipalités du Québec.

Pour Jean Tremblay, qui a été aux commandes de Saguenay pendant 20 ans, jusqu’en 2017, incluant ses quatre années comme maire de Chicoutimi, il ne fait aucun doute que M. Labeaume laisse un legs important à sa ville.

D'après moi, c’est probablement le meilleur maire que Québec a connu. Il se défendait. Il n’avait pas peur que les gens le critiquent, ça ne le dérangeait pas, il s’en allait là et il savait que c’était dans l’intérêt de la ville. Je trouve que c’était un excellent maire. Je le sentais un peu [son annonce de départ], ça fait un bon bout de temps que je pense ça, a souligné Jean Tremblay en entrevue à Radio-Canada.

La gestion de Régis Labeaume pour ses dossiers avec le gouvernement a d’ailleurs toujours impressionné l’ancien maire Tremblay.

On avait une personnalité qui se ressemblait. On se battait fort. J’avais même déjà dit au premier ministre : "Vous en avez peur!" [...] Je pense qu’avec les ministres, le premier ministre, il faut être ferme, il faut leur démontrer qu’on prend l’intérêt de nos citoyens et qu’on veut notre part, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !