•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Application Alerte COVID : le Québec en queue de peloton

Justin Trudeau en point de presse.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau avait dit l'été dernier qu'il espérait qu'au moins la moitié des Canadiens téléchargent l'application.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Québec est la région au pays où l’application Alerte COVID est la moins utilisée pour contribuer au suivi de contacts avec des personnes contaminées, révèlent des informations obtenues par Radio-Canada.

Santé Canada s’apprête à rendre publiques de nouvelles données sur Alerte COVID, réparties par régions. Selon nos informations, c’est au Québec que le taux d’utilisation de l’application est au plus bas, loin derrière les provinces de l’Atlantique, l’Ontario et la région des Prairies (Manitoba et Saskatchewan).

Au pays, à peine 20 % des Canadiens de 16 ans et plus utilisent Alerte COVID, lancée en grande pompe par le gouvernement fédéral l’été dernier. Ottawa visait alors un taux d’adhésion de 50 %.

Jusqu'à maintenant, 6,5 millions de Canadiens ont téléchargé l’application sur leur téléphone intelligent, alors que le pays compte environ 32 millions de personnes de 16 ans et plus.

La santé publique affirme par contre observer une constante augmentation du nombre de téléchargements de l’application et de clés à usage unique depuis quelques mois. Elle note une croissance de 42 % en décembre, comparativement à novembre, et de 66 % entre mars et avril. Ce qui correspond aux périodes des deuxième et troisième vagues au pays.

Le Québec loin derrière

Depuis l’été dernier, l’application a été utilisée 30 895 fois par des personnes pour déclarer qu’elles avaient subi un test positif à la COVID-19. Ce que le gouvernement appelle une clé à usage unique est un code que fournit la santé publique quand une personne reçoit un résultat positif.

Or, selon de nouvelles données sur le point d’être rendues publiques et obtenues par Radio-Canada, le Québec détient le plus bas taux d'utilisation de clés à usage unique par rapport au nombre de cas déclarés.

La Colombie-Britannique et l’Alberta ne souscrivent pas à l’application Alerte COVID. Les citoyens peuvent la télécharger quand même, mais la santé publique de ces provinces ne distribue pas de code aux gens qui reçoivent un résultat positif.

Un échec, selon l’opposition

Le faible taux d’adhésion à Alerte COVID et le faible taux d’utilisation au Québec soulèvent de nombreuses questions pour les partis d’opposition.

Selon les données actuelles, nous constatons que l’application est un échec et que la population n’y adhère pas. Une question demeure à savoir combien cette application, qui ne semble pas susciter d’intérêt, a coûté aux contribuables, affirme Marie-Hélène Gaudreau, porte-parole du Bloc québécois en matière de Protection des renseignements personnels.

Le gouvernement canadien estimait récemment que la facture associée à Alerte COVID s’élevait à 500 000 $, ce qui comprend les coûts technologiques et le personnel nécessaire à son fonctionnement.

Pour Alexandre Boulerice, du Nouveau Parti démocratique, c’est une débâcle typiquement libérale : de belles paroles et juste du vide! Le député fait remarquer que d'autres pays avaient déjà mis sur pied de telles applications et les résultats étaient tout aussi décevants.

Les libéraux ont la tête dure et ne savent malheureusement pas reconnaître leurs échecs, conclut M. Boulerice.

Des failles connues

Des experts estiment qu’il existe de nombreuses lacunes dans le fonctionnement d’Alerte COVID. Dans un rapport remis au gouvernement le mois dernier, le Comité consultatif de l’application d’avis d’exposition à la COVID-19 recommande au fédéral de faire plus de publicité et de mieux sensibiliser la population à la disponibilité, aux avantages et aux fonctionnalités de l'application.

Le rapport dénote également des failles de communication entre le fédéral et les provinces, dans la distribution de clés à usage unique. Le gouvernement devrait intensifier ses efforts actuels de collaboration avec les gouvernements provinciaux, recommande le comité, afin de trouver des approches communes pour surmonter la faible distribution des clés à usage unique.

Santé Canada reconnaît que des améliorations sont nécessaires pour améliorer l’efficacité de l’application Alerte COVID. Par courriel, le ministère indique poursuivre ses efforts, afin d’améliorer l’application et ajouter de nouvelles fonctionnalités, comme les codes QR, pour en faire un outil de santé publique plus convivial à utiliser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !