•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réseau électrique intelligent et plus économe à Sault-Sainte-Marie

Un travailleur d'Hydro One dans une nacelle examine un fil électrique.

Le réseau électrique de Sault-Sainte-Marie va être mis à jour d'ici 2022.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Public Utilities Commission (PUC), la compagnie de distribution d’électricité de Sault-Sainte-Marie, a reçu l’aval de la Commission de l’énergie de l’Ontario pour son projet de bâtir le premier réseau électrique intelligent au pays desservant une communauté en entier.

Selon le PDG de PUC, Robert Brewer, la compagnie travaillait déjà depuis trois ans à obtenir l’aval de la province pour mettre en place ce réseau.

C’est comme passer d’un téléphone à cadran à un nouveau téléphone intelligent, s’enthousiasme-t-il.

M. Brewer affirme que grâce à ce nouveau système, les citoyens vont voir des changements sur leur facture d’électricité.

Nous allons pouvoir réduire le voltage de 3 % dans tout le réseau électrique sans affecter la performance des appareils de la clientèle, ce qui signifie que les factures vont aussi baisser, explique-t-il.

M. Brewer explique que le nouveau réseau électrique va permettre aussi une meilleure gestion des interruptions de courant passant de centaines de clients affectés à quelques-uns.

Il explique que c’est un changement de la surveillance en temps réel du réseau et des interrupteurs plus précis qui vont permettre ces changements.

Une meilleure intégration des énergies renouvelables

Le réseau électrique intelligent, selon M. Brewer, permet aussi une meilleure intégration des énergies renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne.

En raison d’une meilleure surveillance du réseau, il sera plus facile d’intégrer des énergies dont la production varie pendant la journée, dit-il.

Un constat qui est partagé par Zeb Tate, professeur en systèmes énergétiques à l’Université de Toronto.

Selon lui, le nouveau système va mettre en place un système de gestion du réseau de distribution, qui va donner plus de contrôle aux opérateurs du réseau.

Il indique que lorsque des sources d’énergie comme le solaire ou autres sources sont introduites dans un réseau traditionnel, que celles-ci viennent avec un certain niveau d’incertitude, notamment en ce qui a trait au courant électrique.

Un réseau électrique intelligent permet de tolérer un plus haut niveau d’incertitude en raison d’une meilleure vue d’ensemble sur le réseau.

Il indique qu’un réseau à plus faible voltage tel que promis par le projet de la PUC est plus facile à contrôler par les opérateurs.

Un réseau plus efficace

Pour M. Tate, un plus bas voltage signifie aussi un réseau plus efficace en entier.

Il explique que la possibilité de réduire le voltage signifie que moins de pertes d’énergies vont être observées.

Un plus bas voltage signifie que les différentes composantes de gestion du système électrique vont être beaucoup moins sollicitées dans le processus, ce qui signifie que moins d’énergie va être perdue en chaleur, indique M. Tate.

Selon lui, la création du réseau électrique intelligent de la PUC, prévu pour 2022, cadre avec la volonté du gouvernement ontarien d’améliorer son réseau électrique.

Au final, on va consommer moins d’énergie avec cette initiative, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !