•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appareil pour prendre la température au restaurant

Appareil électronique effectuant une reconnaissance faciale.

Le reportage de Marie-Ève Trudel

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Un dispositif permettant la prise de la température et la détection du port du masque a fait son apparition à l'entrée de certains restaurants de la région. Le propriétaire du Rouge vin à Trois-Rivières et du Pacini à Shawinigan l’a fait installer il y a quelques jours.

Si le masque d'un client n'est pas bien placé sur le visage ou que la température est trop élevée, l'appareil émet un son pour le signaler. Le propriétaire des deux établissements, Patrick Buisson, affirme que la mesure, mise en place dans un souci de protéger et de sécuriser la clientèle, est bien accueillie.

On voyait que la clientèle était au rendez-vous, mais pas autant qu’on le pensait. Il y a beaucoup de gens qui craignent encore la COVID. Pour sécuriser les gens, c’est un coup de pouce de plus, affirme le restaurateur. Il a également fait enduire les surfaces d’un produit antibactérien offrant une protection de douze mois.

Claude Baril, un client du Pacini de Shawinigan, se réjouit de voir un tel dispositif à l’entrée. J’étais très impressionné. Je pense que ce sont des mesures qui sont une coche au-dessus. C’est encore plus rassurant, estime-t-il.

Distribué par une entreprise trifluvienne

Le protocole sanitaire est offert par l’entreprise trifluvienne Proaxion. Le produit antibactérien et l’appareil de détection intéressent autant les entreprises privées que le secteur public, selon le coprésident Brian Massie.

L’entrepreneur assure que les données stockées servent seulement au détenteur de l'appareil. Dépendamment des établissements, il y en a qui vont vouloir garder un registre plus court, il y en a qui vont vouloir garder un registre plus long, explique Brian Massie.

Justement, Patrick Buisson ne veut garder aucune donnée en banque. Il cherche seulement à connaître la température des clients de façon rapide, efficace et sécuritaire. Mais une autre cliente du Pacini n’est pas rassurée. “

J’ai trouvé ça très désagréable. J’espère qu’ils ne garderont pas cet appareil-là pour la vie. On a l’impression de ne pas être libres, affirme Pierrette Doucet.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !