•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

André Paradis ne briguera pas d'autre mandat

André Paradis dans un rue où c'est le jour de la cueillette des déchets organiques.

André Paradis a consacré plus de 20 ans à la politique municipale et régionale.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon et préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, ne sollicitera pas de nouveau mandat aux élections municipales de novembre. L'élu jeannois considère qu'il est temps de passer à autre chose après plus d'une vingtaines d'années en politique municipale, dont 12 ans à titre de préfet de la MRC.

André Paradis indique que sa décision n'a rien à voir avec des raisons familiales ou médicales. Le moment est venu, pour lui, de vivre autre chose .

On aboutit à cette décision après mûre réflexion. C'est ma décision de pouvoir vivre autre chose que de la politique présentement. Cela fait une vingtaine d'années que je suis en politique, j'ai été impliqué pas mal partout au niveau régional, même provincial. Dans le territoire, ici, de Lac-Saint-Jean avec nos deux autres MRC et Mashteuiatsh. J'ai fait beaucoup de travail de concertation. Cela demande beaucoup de temps, d'efforts et de pressions. Je suis vraiment rendu à vivre autre chose , a mentionné le maire sortant de la localité d’un peu plus de 800 habitants.

André Paradis aura été maire de Saint-Henri-de-Taillon de 1998 à 2002 et de 2005 à novembre 2021.

Six mandats de préfet

Élu comme préfet en 2009, André Paradis a effectué six mandats. Il a été élu sans opposition à quatre reprises alors que son mandat a été prolongé, une fois, par ses pairs. Un seul scrutin a été nécessaire pendant cette période, soit en 2019.

Pendant ces années, il a représenté le conseil de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est composé de plus d'une quinzaine de membres.

On a mis en place une belle structure de concertation. Je parle toujours de concertation, mais je pense que c’est ce qui est le plus important. La concertation, écouter les gens, les amener à avoir une discussion sereine pour prendre des décisions songées, réfléchies, mentionne celui qui ajoute la bonne entente régnait autour de la table du conseil de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

André Paradis, Marjolaine Étienne et Jean-François Gauthier assis à une table.

Le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, aura travaillé pendant près de trois ans à la création du Conseil de gestion durable du lac Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

La création du Conseil de gestion durable du lac Saint-Jean a été, pour lui, l’un des plus gros dossiers auquel il a collaboré.

On a travaillé trois ans là-dessus. C’est de réunir l’ensemble du Lac-Saint-Jean avec la communauté de Mashteuiatsh pour avoir une vision globale de ce qu’on veut déposer comme orientation territoriale au niveau du bureau des audiences publiques. Encore aujourd’hui, cela fonctionne très bien. Le comité, les gens sont impliqués. Toutes les parties prenantes participent. Cela a été une excellente avancée au niveau du territoire Lac-Saint-Jean et même du Saguenay , dit-il.

André Paradis a également été impliqué, pendant quelques années, à la défunte Conférence régionale des élus (CRÉ) en plus de présider la Régie des matières résiduelles depuis près de quatre ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !