•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les créneaux variés de Michel Désautels

Dans un studio de radio, à son bureau derrière le micro de CBF 690, l'animateur Michel Désautels.

Michel Désautels a emprunté plusieurs micros depuis son entrée à Radio-Canada en 1972. Sur notre photo, l'animateur en septembre 1983.

Photo : Radio-Canada / Guy Dubois

Radio-Canada

Son expertise, sa culture et sa curiosité naturelle font de lui un animateur reconnu et respecté à la radio de Radio-Canada. À travers nos archives, retracez la carrière de Michel Désautels au micro, mais aussi au clavier et devant la caméra.

Montréalais d’origine, Michel Désautels entame une carrière en journalisme à Toronto en 1972.

Il travaille d’abord à la pige à la salle de rédaction de la Ville Reine, puis comme animateur de diverses émissions de la station de radio CJBC et de la station de télévision CBLFT.

D'annonceur aux Services français de Radio-Canada à Toronto, Michel Désautels poursuit ensuite sa route à Montréal.

À partir de 1977, Michel Désautels est de plus en plus sollicité pour animer des émissions spéciales d’information à Montréal. Nos photos nous le montrent dans le cadre de soirées électorales provinciales et fédérales.

À l’automne 1981, l’émission d’information Le Point est lancée à la télévision de Radio-Canada afin de couvrir l'actualité nationale et internationale.

Le jeune journaliste est choisi avec Gil Courtemanche, Daniel Pinard et Jean-François Lépine afin de composer une équipe de quatre animateurs-reporters.

Le Point, 22 septembre 1981

Ce soir, nous jetons un premier coup d'œil à la télévision payante. Payante pour qui, pourquoi et pour quand?

Une citation de :Le journaliste Michel Désautels

Cet extrait du 22 septembre 1981 nous le montre dans un de ses premiers reportages à l’émission Le Point qui descend des grandes émissions d’affaires publiques telles que Le 60 et Télémag.

En studio, puis sur le terrain, Michel Désautels s’intéresse à l’arrivée de la télévision payante sur le marché canadien et en explique le fonctionnement aux téléspectateurs.

Le Dr Morell (Georges Groulx), l'air soucieux, soutient la tête du jeune Jimmy Mages (Michel Désautels), assis dans un fauteuil roulant, les yeux fermés, sous le regard de Mark Ahern (Gérard Poirier), de dos.

Enfant, Michel Désautels joue dans plusieurs dramatiques, dont «La première légion», présentée dans le cadre de l'émission « Première » du 8 mai 1960.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

Bien que Le Point apporte au jeune journaliste une notoriété publique, il faut savoir que Michel Désautels était déjà un visage familier des téléspectateurs de Radio-Canada.

Dans les années 60, il avait participé comme enfant-acteur à quelques téléthéâtres et fictions comme Rue de l’Anse et Les enquêtes Jobidon.

Notre photo nous le montre dans une scène du drame psychologique La première légion, où il joue le garçonnet Jimmy Mages aux côtés des comédiens Gérald Poirier et Georges Groulx.

Au petit écran

Michel Désautels posant côte à côte avec Stéphane Drolet.

L'animateur Michel Désautels avec Stéphane Drolet, gagnant de « La course Amérique-Afrique », le 8 mars 1990.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

À la télévision dans les années 90, Michel Désautels semble jouer le rôle de découvreur de talents.

Il anime plusieurs moutures de La course, une émission qui permet à de jeunes réalisateurs de parcourir le monde et d’en tirer de courts films présentés à un jury.

La Course Europe-Asie, 1er avril 1991

Cet extrait de La course Europe-Asie animé par Michel Désautels nous dévoile le grand gagnant de l’édition 1990-1991 de la populaire compétition télévisuelle : Denis Villeneuve.

À la fois timide et allumé, le jeune et talentueux réalisateur fait rire le public. Je suis désolé, moi quand j’ai un micro, je fige, dit-il. Avec une caméra, tu es pas mal, lui répond l’animateur avec humour et répartie.

Parmi les concurrents de cette édition, Patrick Masbourian occupe la troisième place et Brigitte Nadeau, la deuxième.

Studio libre, 16 septembre 1991

À partir de l’automne 1991, Michel Désautels tient aussi la barre d’un talk-show quotidien, Studio libre.

En guise de clin d’œil à sa toute première carrière de comédien, il est d’ailleurs présenté par le réalisateur Pierre Gauvreau, qui l’a révélé dans Rue de l’anse.

Dans cet extrait du 16 septembre 1991, Michel Désautels explique aussi le concept de sa nouvelle émission.

C'est là qu'on va découvrir des gens que vous connaissez pour certains d'entre eux –mais pas tous nécessairement – et qui vont venir ici se montrer tels qu'ils sont, déclare Michel Désautels en faisait visiter son studio aux téléspectateurs. Je pense que c'est un peu le contrat de vérité qu'on leur impose cette année.

Studio libre, 31 octobre 1991

Comme en témoigne cet autre extrait du 31 octobre 1991, Michel Désautels reçoit à son émission des artistes de toutes les sphères, mais aussi les artistes de l’heure.

C’est en fredonnant le tube Donne-moi ma chance qu’il accueille le groupe Les BB, qui vient de sortir son deuxième album, Snob.

Avant d’accueillir ses deux prochains invités, les premiers danseurs des Grands Ballets canadiens Anik Bissonnette et Louis Robitaille, Michel Désautels taquine Les BB sur leur style.

À la suggestion de Patrick Bourgeois de trouer ses pantalons par l’usure, l’animateur répond : « Je pourrais les vendre très cher après si tu les as portés pendant 1 an et demi! »

À l'écriture

Liza, 3 novembre 1998

Michel Désautels est aussi un auteur, et c’est à ce titre qu’il est reçu à l’émission Liza du 3 novembre 1998.

Pour Smiley, publié chez VLB Éditeur, le néo-romancier a reçu le prix Robert-Cliche du premier roman. Ce qui fait dire à l’animatrice Liza Frulla : pourquoi ne pas l’avoir écrit avant?

J'ai un respect pour le mot écrit et pour les gens qui les écrivent, exprime Michel Désautels. « Je n’avais pas osé jusqu'à maintenant me mettre à l’exercice moi-même et de me tester ».

Fresque sociale et sportive mettant en scène un garçon afro-américain d’Atlanta happé par l’univers des Jeux olympiques, le premier roman de Michel Désautels est inspiré de son expérience professionnelle.

Michel Désautels a couvert plusieurs JO comme chef d’antenne pour la radio, dont ceux d’Atlanta. Il a pu observer le fonctionnement et les dynamiques de ce milieu.

À force de côtoyer ces gens-là – même de loin et même si c'est aux trois ou quatre ans – on commence à sentir des choses et c'est un matériau d'écriture fabuleux!

Une citation de :Michel Désautels

Auparavant, Michel Désautels avait publié Pierre Gauvreau : les trois temps d'une paix, une série d’entretiens avec le réalisateur, auteur et peintre qui a marqué le milieu culturel québécois.

En 2000, il publiera un second roman : La semaine prochaine, je veux mourir.

À la radio

Les journalistes Michel Désautels et Philippe Cantin.

Les journalistes Michel Désautels et Philippe Cantin collaborent pour les JO d'Atlanta en 1996 et pour l'émission radio de sports « Les jeux sont faits ».

Photo : Radio-Canada / Jean Bernier

Nombreux sont ceux qui connaissent finalement Michel Désautels pour sa parole à la radio avec son style bien vivant et imagé et la rigueur de ses exposés.

En 2004, l'animateur a d’ailleurs reçu le prix Raymond-Charette pour sa contribution exemplaire à la diffusion d'un français de qualité.

Chargement de l’image

L'animateur Michel Désautels avec l'équipe de l'émission « Montréal-Express » en août 1989.

Photo : Radio-Canada / Robert Baron

C’est dans les années 80, à la barre de l’émission Montréal-Express, que Michel Désautels est devenu une voix bien connue de la radio. Il a aussi pu y faire sa marque comme animateur d’une émission métropolitaine de retour à la maison.

Lors de son départ de l’émission en 1989, le premier ministre Robert Bourassa avait déclaré que Montréal-Express était une émission intellectuellement très forte et que Michel Désautels était un des meilleurs journalistes qu’il ait rencontré.

Chargement de l’image

L'animateur Michel Désautels dans le cadre de l'émission « Ici comme ailleurs » en 1989 avec la chroniqueuse et animatrice d'été Christiane Charette.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Michel Désautels reviendra au micro de Montréal-Express deux ans plus tard, après être passé par la case horaire de l’avant-midi avec l’émission Ici comme ailleurs qu’il avait conçue.

Sur sa feuille de route, on note également sa participation à la création de Sans frontières, un magazine d'actualité nationale et internationale, ainsi que le magazine sportif Les jeux sont faits.

Chargement de l’image

5 sur 5, 13 octobre 2007

À partir de l’automne 2003, Michel Désautels se voit confier une nouvelle émission de retour à la maison.

L’animateur souhaite ratisser avec l’émission radio Désautels un large spectre de sujets et d'informations. La quotidienne traite autant d'actualités internationales et nationales que montréalaises tout en abordant les domaines du sport et de la culture.

Le tout avec le ton à la fois ludique et sérieux nécessaire à ce créneau, devenu une signature de l’animateur.

Notre extrait de l’émission 5 sur 5 du 13 octobre 2007 sur les rouages d’une émission radiophonique nous le montre en studio avec son équipe, maniant ses bras tel un chef d'orchestre.

En 2012, Michel Désautels a subi un accident vasculaire cérébral le forçant au repos pour quelques mois.

Afin de continuer à mettre son expérience et sa passion de l'information au service des auditeurs de Radio-Canada, il a lancé l'émission Désautels le dimanche à l'automne 2013. L'émission qui s’intéresse aux nouvelles réalités et défis qui animent notre société demeure en ondes jusqu'à aujourd'hui.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.