•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français à l’Université Laurentienne dans la mire de l’Ombudsman de l’Ontario

Kelly Burke, commissaire aux services en français de l’Ontario, lors d’une conférence de presse.

Kelly Burke est la commissaire aux services en français de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / JULIA KOZAK

L’Ombudsman de l’Ontario encourage les personnes affectées par les coupes des programmes et la réduction des services en français à l’Université Laurentienne à communiquer avec son bureau.

[L’Université Laurentienne] est un dossier sur lequel nous sommes très actif-ve.s et c’est pourquoi nous encourageons tous ceux et toutes celles qui sentent que leurs droits d’accès à des services en français ne sont pas respectés à communiquer avec l’Unité des services en français, explique par écrit la responsable des communications à l’unité des services en français, Emmanuelle Bleytou.

L’Ombudsman de l’Ontario a reçu plus d’une trentaine de plaintes en lien avec les services en français à l’Université Laurentienne depuis le 1er février.

Nous évaluons en ce moment les faits et la meilleure façon de les résoudre, en vertu de notre approche de résolution préventive. Nous avons le pouvoir de lancer des enquêtes, s’il est nécessaire de le faire, ajoute Emmanuelle Bleytou.

L’Ombudsman de l’Ontario a publié un message en ce sens mardi sur Twitter.

L’Université Laurentienne est en processus de restructuration depuis le 1er février. Au bord de la faillite, l'établissement postsecondaire a coupé 69 programmes, dont près de la moitié de ses programmes en français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !