•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refléter la diversité jusque sur les étagères de bibliothèques scolaires

Des enfants assis devant une étagère lisent des livres.

Le comité antiraciste de l'École primaire Hastings souhaite que chaque élève puisse se reconnaître ou reconnaître ses camarades dans les livres proposés dans la bibliothèque de l'établissement.

Photo : getty images/istockphoto / Wavebreakmedia

Le comité antiraciste d'une école de l'est de Vancouver a lancé une collecte de livres qui illustrent ou qui parlent de la diversité. Un projet destiné à rendre plus inclusive la bibliothèque de l'établissement et à permettre aux enfants issus des minorités de se reconnaître dans les livres qu'ils empruntent.

Le très beau changement auquel nous assistons dans l'édition pour enfants, c'est que, souvent, les livres ont maintenant des personnages de couleur, explique Erin Rickbeil, l'enseignante-bibliothécaire de l'École primaire Hastings, dans l'est de Vancouver.

Le comité antiraciste de l'établissement a décidé de tirer profit de ce changement de paradigme en permettant aux élèves d'avoir plus de livres présentant des personnages auxquels ils peuvent s'identifier sur les étagères de la bibliothèque.

Il s'agit de changer la culture pour que les enfants ne se sentent pas différents, une la mère d'élève et membre du comité antiraciste de l'école, Tsion Tekie.

Cette dernière ajoute que cela permet aux élèves issus de groupes minoritaires de ne plus avoir l’impression d’être moins importants parce qu’ils ne se voient pas dans les livres.

Mais, en raison des contraintes budgétaires, le comité antiraciste de l’établissement a dû faire preuve d'ingéniosité pour pouvoir augmenter la collection de livres de l'établissement.

Depuis la fin du mois de février, une collecte de livres qui font la part belle à la diversité a été lancée auprès des parents et de la communauté.

Créer de nouveaux récits

Le projet s’est déroulé en plusieurs étapes : on a d’abord demandé aux familles et aux élèves de fournir une liste de recommandations et de suggestions.

Puis, les parents et les membres de la communauté qui ont souhaité participer au projet ont pu faire don de certains ouvrages ou en acheter auprès d'une librairie partenaire, la librairie autochtone Iron dog.

L'un des ouvrages proposés et qui fait maintenant partie du catalogue de l'école s'intitule Ruby Finds a Worry, ou Ruby a un souci. C'est un livre sur l'apprentissage social émotionnel dont le personnage principal est une petite fille noire.

Lorsque les élèves se reconnaissent, cela renforce leur estime de soi.

Une citation de :Erin Rickbeil, enseignante-bibliothécaire, École primaire Hastings

Erin Rickbeil se souvient avec émotion d’un épisode qui l’a marquée lorsqu’elle lisait ce livre à des élèves. Elle raconte qu'une petite fille qui était présente a dit à l'une de ses camarades que son visage et sa couleur de peau ressemblaient à ceux du personnage du livre.

Je suis un peu émue quand je repense à l'expression de son visage. [Que les élèves issus de minorités] se voient dans un livre, c'est quelque chose que je n'avais jamais vu au cours des nombreuses années durant lesquelles j’ai lu des livres aux enfants.

Selon Erin Rickbeil , cette initiative permet de bâtir l'estime de soi de ces enfants, mais aussi de bâtir la conscience qu'ont les enfants blancs de ce sujet en créant de nouveaux récits.

Nous savons que, lorsque les élèves blancs voient des personnes de couleur représentées de manière joyeuse et positive dans nos médias comme dans nos communautés, cela remet en question leur idée que le fait d'être blanc est supérieur, précise-t-elle.

Représenter les cultures de chacun

Parmi le répertoire bonifié de l'établissement, il y a aussi des livres qui mettent en avant la culture de certains des élèves.

La commission scolaire a récemment acheté un livre intitulé My Day with Gong Gong. Gong Gong signifie grand-père en cantonais. Ce terme est familier à plusieurs des enfants de la communauté chinoise scolarisés dans l'établissement.

Erin Rickbeil tient à la main le livre une journée avec Gong Gong.

« Une journée avec Gong Gong » est un livre jeunesse qui permet aux enfants issus de la communauté cantonaise de s'identifier à un personnage qui passe une journée avec son grand-père, son Gong Gong en cantonais.

Photo : Radio-Canada

En général, les personnages ne sont pas issus de la diversité et ils utilisent le mot "grand-père". En lisant ce livre à des élèves, je les entends souvent murmurer : "J'ai un Gong Gong", raconte Erin Rickbeil.

Refléter toutes les diversités

Outre le désir de refléter la diversité culturelle et ethnique des élèves de l'école, un des objectifs du projet est aussi de refléter toutes les diversités.

Il ne s'agit pas seulement des personnes de la communauté PANDC (personnes autochtones, noires et de couleur), mais aussi de soutenir et de reconnaître tous les groupes marginalisés, comme la communauté LGBTQ et les personnes vivant avec un handicap, précise Tsion Tekie.

Le projet en est maintenant à sa dernière étape, soit celle de la levée de fonds. Le comité antiraciste souhaite amasser 4000 $ d'ici le 14 mai pour acheter plus de livres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !