•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Granit en zone rouge : un « coup dur » pour l’économie locale

Une rue commerciale de Lac-Mégantic.

Les commerçants de la MRC du Granit, qui inclut le Lac-Mégantic, se préparent à retourner en zone rouge mercredi pendant la nuit.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Le passage de la région du Granit en zone rouge à compter de mercredi soir pour contenir la propagation de la COVID-19 est un coup de massue pour les commerces de la région, selon la Chambre de commerce région de Mégantic.

L’annonce d’hier est un nouveau coup dur pour nos commerces, nos restaurants, nos gyms, se désole Jean-Sébastien Roy, président de la Chambre de commerce région de Mégantic. Le passage en zone rouge signifie en effet que les commerces non essentiels devront refermer leurs portes aux clients.

M. Roy souligne néanmoins que les répercussions pour les commerces avaient commencé avant l’annonce du premier ministre François Legault, mardi. Il y avait plusieurs familles qui devaient se mettre en isolement soit de manière préventive, soit parce qu’elles avaient contracté le virus. Nous sommes déjà en pénurie de main-d'œuvre. Et ça fait en sorte que certaines entreprises doivent redoubler d’efforts pour contrer les absences, poursuit-il.

Jean-Sébastien Roy demande d’ailleurs à la population de soutenir leurs entreprises locales. Il souligne que la livraison, les commandes en ligne ou encore la cueillette à l’extérieur restent des alternatives pour soutenir les commerces locaux.

À Lac-Mégantic, la propriétaire du magasin « Bolduc chaussures & vêtements » faisait partie des commerçants qui se préparaient à refermer leurs portes mercredi après-midi.

Par expérience, ça fait trois fois qu’on ferme, ça a toujours été plus que deux semaines, puis quand on regarde dans les autres régions aussi. On ne sait pas trop à quoi s’attendre, mais on va y aller une journée à la fois, on n’a pas le choix.

Une citation de : Julie Cloutier, propriétaire de « Bolduc chaussures & vêtements »

Couvre-feu devancé

En plus d'amener la fermeture des commerces non essentiels, le passage en zone rouge signifie aussi que le couvre-feu sera devancé à 20 h et que les écoles secondaires seront fermées dans Le Granit. De plus, les musées, les salles de spectacle devront également fermer, et l'achalandage des lieux de culte sera réduit à 25. Quant aux activités extérieures, elles seront permises avec un nombre maximum de huit personnes.

La Polyvalente Montignac, située à Lac-Mégantic, avait déjà annoncé que ses portes seraient fermées toute la semaine en raison de l'augmentation importante et continue des cas de COVID-19. Elle devra donc poursuivre l'enseignement virtuel pour une période prolongée. Quant aux écoles primaires, elles vont poursuivre leurs activités en présentiel.

Depuis le mois d'avril, la situation n'a cessé de se détériorer dans le secteur du Granit. Actuellement, près de 40 % des cas actifs en Estrie se trouvent dans le secteur, alors qu'ils représentaient à peine 7,8 % en avril. 

La proximité avec la Beauce comme possible cause

Plusieurs facteurs ont pu contribuer à l'implantation de ces mesures spéciales d'urgence dans la région du Granit, selon la préfète de la MRC, Marielle Fecteau.

Je suis sûre que le fait qu'on soit très proches de la Beauce a contribué. Les gens de cette région n'avaient plus accès à certains services parce qu'ils étaient en zone rouge foncé, alors souvent, c'est pratique de se rendre quelques kilomètres plus loin pour bénéficier de tous les services, a-t-elle fait savoir.

Néanmoins, la cohabitation entre les deux territoires est inévitable, surtout pour de petites municipalités comme Saint-Ludger, qui se situe presque directement sur la frontière et qui compte 17 cas actifs de COVID-19 pour un peu plus de 1000 citoyens. L'interdiction de passer d'une région à l'autre ne serait pas sans conséquence pour certains commerçants.

Comme on est collés, notre entreprise embauche beaucoup d'employés qui sont de la Beauce et qui n'ont aucun moyen de travailler de la maison. C'est pourquoi l'établissement d'une frontière créerait beaucoup de problématiques pour nous, affirme la directrice générale d'Équipements Lapierre Chantal Lapierre.

Le maire de Saint-Ludger Bernard Therrien se demande quant à lui encore comment le virus a pu se propager à une telle vitesse sur son territoire.

Dans les villes comme Montréal, Québec, ces gros centres-là, c’est beaucoup plus dangereux. J’ai de la misère à comprendre comment on a eu une éclosion comme ça ici.

Une citation de :Bernard Therrien, maire de Saint-Ludger

Une entreprise et un restaurant de la municipalité ont notamment été touchés par des éclosions.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !