•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un décès au Nouveau-Brunswick lié au vaccin d’AstraZeneca

Trois fioles du vaccin d'AstraZeneca.

Le vaccin d'AstraZeneca, qui a reçu une mauvaise presse abondante malgré une infime quantité de complications sévères, suscite moins d'enthousiasme que les vaccins mis au point par Pfizer-BioNTech et Moderna.

Photo : AFP via GETTY / AMIR MAKAR

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick annonce la mort d'une personne qui a eu des caillots sanguins après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca-Oxford.

La médecin hygiéniste en chef, Jennifer Russell, a annoncé la triste nouvelle durant une conférence de presse, mercredi midi.

En tant que médecin hygiéniste en chef, j'ai le triste devoir de confirmer qu'une personne du Nouveau-Brunswick est décédée des suites de caillots sanguins survenus après avoir reçu le vaccin AstraZeneca contre la COVID-19, affirme d'emblée la Dre Russell.

Il s’agit du deuxième cas de thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite par un vaccin TITIV au Nouveau-Brunswick et le premier décès, souligne-t-elle.

Rappelons qu'il s'agit aussi du troisième décès au pays survenu pour ces raisons.

Une thrombose avec syndrome de thrombocytopénie accompagnée de caillots sanguins inhabituels chez les personnes dont le nombre de plaquettes est faible est un effet secondaire très rare associé à ce vaccin, explique la Dre Russell.

Il s'agit d'une personne sexagénaire qui a reçu le vaccin d'AstraZeneca vers la mi-avril. L'individu a eu des symptômes de caillot sanguin sept jours après avoir reçu sa dose de vaccin. La personne a été hospitalisée, mais elle est décédée deux jours après.

Jennifer Russell prononce une allocution.

Les risques de thrombose restent minimes comparativement aux risques, aux complications et aux conséquences possibles de la COVID-19, selon la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell.

Photo : Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef a tenu à transmettre ses condoléances à la famille et aux amis de cette personne.

Pour des raisons de confidentialité, la santé publique ne peut préciser si la personne décédée présentait un état de santé qui la rendait plus à risque d'avoir des caillots sanguins.

Tragique, mais rare

La Dre Russell et la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, soulignent toutes deux le caractère rarissime de telles complications lors de l’administration du vaccin d’AstraZeneca.

Je tiens à souligner avec insistance qu’il est extrêmement rare que des complications médicales se produisent après avoir reçu un vaccin, mais cette situation médicale est possible.

Une citation de :Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La Dre Russell rappelle que l’occurrence de telles complications est d’une par 100 000 à 250 000 doses administrées.

Malgré la prise de position du Comité consultatif national de l’immunisation, la santé publique néo-brunswickoise recommande aux Néo-Brunswickois de se faire vacciner le plus rapidement possible.Je persiste à dire que le meilleur vaccin que vous pouvez recevoir est celui que vous pouvez recevoir le plus rapidement possible, recommande la Dre Russell.

Un tel décès est tragique. Il est toutefois tout aussi tragique qu’une personne tombe gravement malade ou meurt en raison d’un virus dont elle peut se protéger en recevant un vaccin, ajoute-t-elle.

Des symptômes à surveiller

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick compte toujours offrir ce vaccin à ses résidents âgés de 55 ans et plus, conformément aux conseils de la santé publique, parce que les répercussions de maladie sévère causée par la COVID-19 sont considérées plus importantes que les risques de conséquences néfastes du vaccin, rappelle-t-il dans un communiqué.

La santé publique rappelle aux gens qui ont reçu le vaccin d’AstraZeneca ou le vaccin Covishield d’obtenir de l’aide médicale immédiatement si les symptômes suivants apparaissent de 4 à 28 jours après la vaccination :

  • essoufflement;
  • douleur dans la poitrine;
  • enflure des jambes;
  • douleur abdominale persistante;
  • symptômes neurologiques, comme des maux de tête sévères et persistants ou une vision trouble;
  • ecchymoses ou petites taches de sang sous la peau au-delà de la zone d’injection.

Au total, la province a reçu 48 000 doses du vaccin d'AstraZeneca-Oxford depuis le début de la pandémie et elle en a administré 44 000.

En date de mercredi, 38 % des Néo-Brunswickois âgés de 16 ans et plus avaient reçu une première dose de vaccin.

Avec les renseignements de Marie-Ève Brassard et de Pierre Philippe LeBlanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !