•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fraternité des policiers dénonce l'embauche d'un conseiller « militant »

« Il n’est pas raisonnable que la police devienne un chantier d'expérimentation pour les militants », déplore son président, Yves Francœur.

Alain Babineau en conférence de presse.

Alain Babineau a été policier au sein de la Gendarmerie royale du Canada et a travaillé comme conseiller sur les questions de profilage et de discrimination raciale pour le Centre de recherche-action sur les relations raciales.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francœur, dénonce la nomination d'Alain Babineau, qu'il qualifie de militant de longue date contre la police, à titre de conseiller pour le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Alain Babineau a travaillé pour la Gendarmerie royale du Canada pendant 28 ans. Il travaille aujourd'hui à titre de conseiller sur les questions de profilage et de discrimination raciale pour le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), un organisme dont l’une des spécialités est d’accuser les policiers et policières de profilage racial dans les médias, affirme Yves Francœur, dans un communiqué interne.

Yves Francoeur en commission parlementaire.

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Il y a quelques mois, monsieur Babineau déclarait qu’il pouvait repérer un cas de profilage racial à l’odorat, une image inappropriée dans le contexte de dossiers souvent aussi sensibles que complexes.

Une citation de :Yves Francœur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal

Le torchon brûle plus que jamais entre la commissaire à la lutte contre le racisme et les discriminations systémiques de la Ville de Montréal, Bochra Manaï, et le syndicat des policiers du SPVM.

C'est la commissaire elle-même qui aurait pris la décision finale d'embaucher Alain Babineau pour en faire son homme de confiance dans le dossier de la réforme de la police de Montréal.

La commissaire à la lutte contre le racisme et les discriminations systémiques de la Ville de Montréal, Bochra Manaï.

La commissaire à la lutte contre le racisme et les discriminations systémiques de la Ville de Montréal, Bochra Manaï.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

Le poste de commissaire lui-même est occupé par une militante dont la nomination a provoqué une levée de boucliers pour des déclarations clivantes en lien avec la loi sur la laïcité, une loi dont nous avons estimé raisonnable le volet applicable à la police, lequel faisait d'ailleurs l'objet d'un consensus de la commission Bouchard-Taylor, affirme l'influent chef syndical.

Laissant toutefois la chance à la coureuse, nous avons évité de nous joindre au concert de doléances à son endroit.

Une citation de :Yves Francœur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal

Yves Francœur spécifie que la Fraternité respecte le vécu et le droit de parole comme militant du nouveau conseiller, mais qu'elle déplore fortement la rapidité avec laquelle il saute toujours prématurément à la même conclusion.

Il est évident qu’un militant plaidant dans les médias contre les policiers et policières est mal placé pour susciter l’adhésion. Un minimum d’apparence d’impartialité aurait été nécessaire pour ce poste, a-t-il ajouté.

Dans une réponse par courriel à Radio-Canada, la Ville de Montréal soutient que la commissaire Bochra Manaï s'est entourée de personnes expérimentées et aux parcours exceptionnels avec l’objectif d'incarner les recommandations de l'OCPM pour trouver des réponses structurantes aux enjeux de racisme et de discriminations systémiques. Une porte-parole précise que la transformation organisationnelle se fait dans la collaboration et l’ouverture.

Depuis janvier, le dialogue se fait dans un esprit d'écoute, de respect et de collaboration afin d'assurer la représentativité de la diversité de la population montréalaise au sein de l'administration municipale, ajoute la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !