•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux ontariens devraient pouvoir éviter le triage aux soins intensifs

Une infirmière portant masque et visière prend les signes vitaux d'un patient dans un lit d'hôpital.

Le nombre de patients aux soins intensifs en Ontario est en légère baisse.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Les médecins en Ontario se préparaient à devoir choisir qui de leurs patients aurait accès à un respirateur, par exemple.

Toutefois, grâce au plafonnement du nombre de patients aux soins intensifs, les hôpitaux de la province devraient pouvoir éviter de recourir au protocole provincial de triage des malades en phase critique.

C'est ce qu'indique un message envoyé le 2 mai aux dirigeants d'hôpitaux par l'organisation provinciale Soins aux malades en phase critique Ontario (SMPCO).

Nous sommes de plus en plus convaincus de ne pas avoir besoin d'activer les normes de soins d'urgence et d'avoir à recourir au protocole de triage, écrit Andrew Baker de SMPCO.

Ce dernier rappelle toutefois que les projections de modélisation demeurent « très inquiétantes » et que le nombre de patients aux soins intensifs pourrait encore augmenter, ce qui pourrait entraîner d'autres transferts de patients.

SMPCO dit aussi chercher à accroître la capacité aux soins intensifs dans la province.

Selon le bilan de mardi, il y avait 886 patients aux soins intensifs; 609 nécessitaient un respirateur. Il s'agissait de légères baisses. L'Ontario a appelé l'armée en renfort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !