•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme électorale à T.-N.-L. : grogne chez l’opposition

L'édifice de l'Assemblée législative

Les partis d’opposition à Terre-Neuve-et-Labrador forment un front commun pour réclamer des changements au comité sur la réforme électorale (archives).

Photo : Radio-Canada

Les partis d’opposition à Terre-Neuve-et-Labrador font front commun pour réclamer des changements au comité sur la réforme électorale annoncée par le gouvernement.

Le mois dernier, le ministre provincial de la Justice, John Hogan, a créé un comité multipartite pour examiner les dernières élections et les façons d’améliorer l’accès au vote.

Après une éclosion de COVID-19, la campagne électorale a finalement duré environ 10 semaines et le taux de participation a fini par être le plus bas de l’histoire de la province.

Jim Dinn.

Le néo-démocrate Jim Dinn est parmi les députés qui veulent modifier le mandat et la composition du comité multipartite sur la réforme électorale.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Les progressistes-conservateurs, le NPD et des députés indépendants s’inquiètent de la composition du comité. À l’heure actuelle, le ministre Hogan est président et cinq des neuf membres sont des libéraux.

L'opposition recommande que le comité compte deux libéraux, deux députés de chacun des partis d'opposition, deux députés indépendants et deux membres du public qui ont des connaissances en matière d'élections et de gouvernance. Elle veut également qu’un agent non partisan, comme un juge à la retraite, soit nommé président du comité.

C’est un enjeu qui nous touche tous, il n’a rien à faire avec quel parti détient une majorité des sièges à la Chambre. Nous sommes ici pour améliorer l’accès au vote pour tous les électeurs à Terre-Neuve-et-Labrador.

Une citation de :Jim Dinn, député néo-démocrate

L'opposition réclame un enquêteur indépendant

L'opposition veut aussi nommer un enquêteur indépendant pour examiner en profondeur les problèmes de la dernière campagne électorale. Cette personne pourrait exiger la production d'éléments de preuve et obliger quiconque à témoigner, dont le directeur général des élections.

Le député indépendant Paul Lane souligne que tous les partis croient qu’il faut moderniser la loi électorale, mais qu’un examen en profondeur des dernières élections doit être effectué avant de faire des changements.

Il faut rétablir la confiance des gens dans notre processus électoral.

Une citation de :Paul Lane, député indépendant

Le ministre Hogan avait dit en avril que le comité ne devait pas convoquer des témoins à comparaître parce que les contestations judiciaires devant la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador constituent déjà des enquêtes indépendantes.

L’opposition se préoccupe également du fait que le gouvernement n’a aucune obligation de mettre en vigueur les recommandations du comité multipartite et qu’il n’y a pour le moment aucun échéancier pour la réforme de la loi électorale. Elle suggère au ministre de viser la publication d'un rapport définitif à la Chambre d'assemblée d’ici le 31 décembre.

Dans une déclaration, le ministre Hogan dit avoir reçu les recommandations, mais n’a pas indiqué s’il veut les mettre en vigueur.

La composition du comité reflète la composition de la Chambre d’assemblée. Quand le comité commence à travailler, il déterminera comment recueillir des informations, en fonction de son mandat, affirme M Hogan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !