•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseil municipal jeunesse : des élèves de Sherbrooke proposent une Ville plus verte

Des élèves et le maire de la Ville de Sherbrooke participent à une rencontre Zoom.

Le Conseil municipal jeunesse de Sherbrooke s'est tenu de manière virtuelle mardi soir.

Photo : Radio-Canada

Emy Lafortune

Après des heures de préparation et de formations sur la politique municipale, seize élèves de quatrième et cinquième secondaire ont participé à la dixième édition du Conseil municipal jeunesse de Sherbrooke, qui s’est tenue virtuellement mardi soir.

En suivant le format et les protocoles d’une véritable séance du conseil municipal, ils ont présenté tour à tour des idées qui tournaient autour du thème L’urbanisme innovant : comment les villes peuvent faire face aux changements climatiques.

Leurs propositions étaient le résultat d’enquêtes personnelles et de recherches approfondies sur le fonctionnement d’autres municipalités québécoises, voire internationales.

Ces idées incluaient notamment de bannir les sacs en plastique des Publisac pour les remplacer par des enveloppes recyclables, de construire des jardins collectifs dans tous les arrondissements sherbrookois, de planter des arbres pour limiter les îlots de chaleur dans les cours d’école, et de créer une application pour permettre aux usagers de la Société de transport de Sherbrooke (STS) de payer leur trajet avec leur téléphone cellulaire.

Les élèves ont ensuite débattu entre eux des idées que leurs collègues avaient présentées, sous l’œil du conseiller municipal Vincent Boutin, qui a tenu le rôle de président de la séance. Ce dernier a offert conseils et commentaires sur le fonctionnement de la vie municipale aux participants. Le maire de la Ville, Steve Lussier, et plusieurs autres élus ont aussi assisté à la rencontre.

Leur présence a été très remarquée par les participants.

Moi, ce qui m’a marquée le plus dans l’expérience complète, c’est la manière dont tous les élus, le maire, la manière qu’on a été écoutés. J’ai senti que ce qu’on avait à dire avait vraiment sa place. On est à la recherche de solutions tout le monde ensemble sur le même sujet.

Une citation de :Lorianne Leclairc, une élève de cinquième secondaire qui a participé au Conseil municipal jeunesse

La soirée s’est terminée par la rédaction des idées des élèves dans une recommandation, pour laquelle les participants ont voté... à l’unanimité.

« On est vraiment partis de rien »

Le Conseil municipal jeunesse est organisé chaque année par le Carrefour de solidarité internationale, qui sélectionne des jeunes de toutes les écoles secondaires de la ville et qui les forme dans le cadre d’un cours, avec l’aide d’étudiants de l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

On est vraiment partis de rien puis on a terminé avec tout le savoir qu’on a maintenant, explique Lorianne Leclairc.

On a commencé en palpant qu’est-ce qu’une municipalité, comment fonctionne la Ville. On a eu des formations avec des membres de la Ville, c’est déjà une bonne base. Après, on a commencé à avoir des bribes du sujet, on a eu des formations sur les villes à échelle humaine pour approfondir nos connaissances. Après, on est vraiment allés dans l’information : on se donnait des idées mutuellement, on se disait nos idées, on se préparait à bien débattre notre point, ajoute-t-elle.

Gisèle Chiquillo, une autre participante, explique avoir changé d’avis sur la politique municipale grâce au projet.

Moi, la politique, je voyais juste vraiment "débat, débat, débat" [...]. Je ne croyais pas que c’était un protocole précis, vraiment bien formé. [...] Là, être dans un siège, voir comment ça marche la municipalité, ça fait voir une autre idée de la politique. En réalité, je n’ai jamais voulu m’impliquer dans un futur politique. Je ne crois vraiment pas que je vais siéger, mais vu que je me suis impliquée dans ça, je sais que ça vaut de quoi, et je vais être une citoyenne plus atteinte, remarque-t-elle.

Le participant de quatrième secondaire Jaider Trujillo Amaya indique quant à lui avoir compris l’importance de la politique municipale grâce à l’expérience.

Maïté Dumont, qui coordonne le Conseil municipal jeunesse depuis plusieurs années, indique voir les impacts de l’activité chez les anciens participants, même s’ils décident de ne pas s’impliquer en politique après leurs études.

Ça leur a tous apporté quelque chose, mais ce n’est pas nécessairement en politique. Certains vont s'impliquer dans leur école, il y en a qui vont faire du bénévolat, il y en a qui se sont mis à écrire, à se partir une petite compagnie.

Ça donne à ces jeunes-là un genre de confiance de voir qu’ils ont une place dans leur communauté, dans leur municipalité, puis qu’ils peuvent faire des choses selon leurs valeurs, leurs convictions et leurs intérêts.

Une citation de :Maïté Dumont, coordonnatrice du Conseil municipal jeunesse

Les participants de cette année espèrent maintenant que certaines de leurs propositions seront mises en application par la Ville le plus tôt possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !