•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Église Sainte-Marguerite : le conseil municipal renvoie les promoteurs à leurs devoirs

L'église de Sainte-Marguerite-de-Cortone.

L'église de Sainte-Marguerite-de-Cortone.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Pascale Langlois

Le conseil municipal a pris la décision d’arrêter le projet particulier de construction plutôt que de faire un référendum. Plus d’une vingtaine de citoyens ont signé le registre de la ville pour demander un scrutin sur le projet résidentiel proposé sur le site de l’église Sainte-Marguerite.

Les élus avaient voté le 6 avril dernier en faveur d’un projet particulier pour construire des immeubles de deux à cinq étages, contenant entre 10 et 40 logements.

L’intégration de l’acceptabilité sociale dans un projet, ça fait déjà plus d’une dizaine d’années que plusieurs promoteurs considèrent ça aussi important que le design ou même la planification budgétaire, affirme le maire Jean Lamarche. Il concède qu’en période de pandémie, il est peut-être plus compliqué d’organiser des rencontres avec la communauté pour expliquer le projet.

Le directeur de l’urbanisme estime que la mobilisation citoyenne envoie un message aux promoteurs qui ont aussi fait l’acquisition de trois autres églises. Acheter des églises, des fois ça peut être à rabais parce qu’on sait que ces terrains-là sont convoités quand même. La leçon qu’on doit en tirer c’est d’impliquer les citoyens avant même d’initier des procédures en modification réglementaire, estime Robert Dussault. Il souligne que ce sont des lieux ancrés dans leurs milieux et que les communautés s’impliquent davantage.

Un immeuble de plus de 100 appartements dans le district du Carmel

Un projet de résidence supervisée pour personnes âgées de 200 unités et d’immeuble à logements de 100 à 160 appartements sur la rue de la Terrière reçoit un meilleur accueil. Le développement suscite moins d’inquiétudes vu son emplacement, explique Robert Dussault.

Il faut comprendre que la situation géographique avec les lieux environnants est très différente. Il y a des écoles, un centre hospitalier. Il n’y a pas une population de duplex comme dans Sainte-Marguerite. C’est très différent comme projet, poursuit le directeur de l’urbanisme.

Le projet actuel comprend également un restaurant et un salon de coiffure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !