•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Guilbault incapable d'appuyer directement le projet de tramway

Geneviève Guilbault assise durant un point de presse.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Talonnée par l'opposition, Geneviève Guilbault a esquivé les questions sur le tramway lors de l'étude des crédits. Elle a plutôt réitéré son appui au projet de transport pour toute la région qui sera dévoilé sous peu.

La ministre responsable de la région a été la cible de nombreuses questions sur le tramway lors de l'étude du budget réservée à la Capitale-Nationale mardi après-midi.

C'est le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, qui a mené l'attaque. Le député de Matane est surpris de voir que le gouvernement n'a pas souligné en bonne et due forme le feu vert au projet du maire de Québec.

Le décret a été signé en toute discrétion avant d'être rendu public par communiqué une semaine plus tard. Je me serais attendu à quelque chose de gros, a dit Pascal Bérubé.

Il a rappelé les déclarations répétées « No way tramway » du député caquiste de LaPeltrie, Éric Caire. Selon lui, l'appui de la CAQ au projet de la Ville de Québec est une évolution.

Alors, Mme la ministre est maintenant pour un projet de tramway, avec enthousiasme? a-t-il demandé à Geneviève Guilbault. Nous sommes pour un projet de transport véritablement structurant qui va desservir à la fois le centre-ville et toutes les banlieues de notre Capitale-Nationale, a-t-elle répondu.

Le député est revenu à la charge à sept reprises durant les échanges pour obtenir une réponse sans ambiguïté. Jamais la ministre n'a clairement donné son appui.

Le député de Jean-Lesage, le solidaire Sol Zaneti, a voulu lui donner une dernière chance : Juste dire, je suis pour le projet de tramway.

Sur un ton un peu exaspéré, la ministre s'est exclamée : Je suis pour un projet de transport structurant qui va inclure une partie du tramway, voyons donc!

Tunnel Québec-Lévis

Les députés de l'opposition n'ont eu guère plus de succès concernant le projet de troisième lien. À l'instar de son collègue ministre des Transports, qui répétait la semaine dernière que les détails seront connus en temps et lieu, la ministre n'a pas donné d'informations supplémentaires sur le projet de plusieurs milliards de dollars.

Ça me démange d'aller annoncer ce projet-là avec mes collègues, a plaidé la ministre Guilbault, rappelant que la crise sanitaire l'en empêchait. Elle a souligné à quel point le projet était important pour la région de Québec et pour tout l'est du Québec.

Le troisième lien, ce n'est pas un projet pour l'est du Québec, l'a reprise Pascal Bérubé. Un projet pour l'est du Québec, c'est une autoroute qui se prolonge vers l'est, c'est un bateau qui traverse vers le nord et ce sont des autobus qui arrivent à l'heure. Ça, ce sont des projets pour l'est, a-t-il précisé.

Le troisième lien, c'est un tunnel électoral qui vise essentiellement à répondre à des attentes largement répandues par une radio où les membres du gouvernement ne vont plus, a-t-il rajouté.

Annonce imminente

La ministre Guilbault confirme par ailleurs que les discussions pour présenter l'ensemble des projets de transport de la Capitale-Nationale se poursuivent. Le retour en zone rouge dès la semaine prochaine permet d'envisager une date pour tenir une conférence de presse en présentiel. C'était une condition.

Encore tout à l'heure, j'avais des échanges avec des collègues concernés, sur la date de cette annonce qui est imminente, a-t-elle affirmé.

Elle refuse cependant d'en dire davantage pour ne pas créer d'attente. Je vais dire incessamment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !