•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des moyens de pression « inacceptables » des anesthésiologistes, selon Dubé et Legault

Gros plan de Christian Dubé.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, interpelle la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mécontent des moyens de pression des anesthésiologistes, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, demande au nouveau président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) de faire respecter l’entente de 2019 visant à réduire les augmentations salariales consenties par le gouvernement libéral.

Autant la vaccination réjouit ces jours-ci le ministre Dubé, autant les moyens de pression des anesthésiologistes soulèvent son indignation.

Pour moi, c'est totalement inacceptable ce qu'ils ont décidé de faire après leur avoir demandé clairement, la semaine passée, de ne pas faire ça.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Ce dernier a reçu le soutien du premier ministre Legault lors de la même conférence de presse. La veille, des anesthésiologistes avaient décidé de retarder leur arrivée aux blocs opératoires (prévue à 7 h 30) dans certains hôpitaux, afin de protester notamment contre l'abolition d’une prime, instaurée en 2013, visant à majorer la rémunération de la première heure de travail.

Le président de l’Association des anesthésiologistes du Québec (AAQ), le Dr Bryan Houde, avait déclaré à Radio-Canada que c’est de l’impertinence, parce que ça n’encourage pas les anesthésiologistes à se présenter plus tôt pour lancer les blocs [opératoires].

Une anesthésiste utilise un équipement médical pour endormir une patiente adulte.

Environ 150 000 patients sont actuellement en attente d’une intervention chirurgicale.

Photo : iStock / SDI Productions

Je ne suis pas certain que les anesthésistes ont compris la gravité de la situation, a jugé mardi le ministre Dubé.

Ce que j'ai dit aux anesthésistes, soyons très clairs, là, on est en train d'améliorer notre situation dans les hôpitaux pour reprendre des chirurgies, ce n'est vraiment pas le temps de couper les heures dans les blocs opératoires pour justement être capable d'opérer les gens qui attendent, puis qui sont sur des listes d'attente, a-t-il ajouté.

Environ 150 000 patients sont actuellement en attente d’une intervention chirurgicale. Le ministre a également demandé au nouveau président de la FMSQ de veiller au respect de l’entente de 2019.

La FMSQ a indiqué sur Twitter avoir été très claire envers les anesthésiologistes : aucun moyen de pression ayant un impact sur les patients ne sera excusé.

En contexte de rattrapage, aucun retard ou annulation causé délibérément n'est tolérable. Une seule priorité : les patients!

Une citation de :La Fédération des médecins spécialistes du Québec

Trouver 450 millions de dollars

D’ici avril 2023, un organisme paritaire composé de médecins spécialistes et de représentants du gouvernement devra avoir trouvé un total de 450 millions de dollars d’économies liées à la pertinence d’actes médicaux.

Comme le signalait en avril le directeur général de l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM), Jean-Francois Foisy, on sait qu’on doit réaliser 82 millions de dollars en 2021-2022.

La barre sera placée encore plus haut en 2022-2023 avec plus de 240 millions récurrents à trouver. D’autres associations de médecins spécialistes seront mises à contribution.

Avec la collaboration d'Hugo Lavallée

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !