•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « King de Snapchat » coupable de production et de distribution de pornographie juvénile

Dylan Demers, 23 ans, résident de Longueuil.

Dylan Demers réside sur la Rive-Sud de Montréal (archives).

Photo : SPVQ

Kassandra Nadeau-Lamarche

L’influenceur Dylan Demers a été reconnu coupable de six des huit chefs d’accusation qui pesaient contre lui.

Dans son jugement, la juge Sandra Rioux a confirmé que les vidéos filmées envoyées par le jeune homme sur l’application de partage de photos et de vidéos Snapchat constituaient bel et bien de la pornographie juvénile.

Dylan Demers a donc été reconnu coupable de six chefs d’accusation de production et de distribution de pornographie juvénile. Il a toutefois été acquitté des chefs d’accusation de harcèlement et de leurre informatique.

Les plaignantes avaient de 13 à 17 ans à l'époque des gestes reprochés, qui se sont déroulés lors de fêtes très arrosées. Elles ont été filmées dans des positions sexuellement explicites, les fesses en l’air. Le contenu de ces vidéos a par la suite été publié sur Snapchat pendant une période de 24 heures.

La juge de la Cour du Québec affirme que la preuve démontre que Dylan Demers savait que les victimes étaient bien mineures.

Elle indique également qu’aucun élément prouvant une collusion entre les plaignantes n’a été présenté et que celles-ci ont été victimes ensemble du même événement filmé.

Le procès de l’homme dans la vingtaine s’est tenu en décembre dernier au palais de justice de Québec.

Dylan Demers demeurera en liberté jusqu’à ce qu’il obtienne sa peine. Un rapport présentenciel sera préparé dans les prochaines semaines. Des observations sur la peine sont prévues au début de l’automne.

En janvier 2020, son comparse Carlos Desjardins, qui avait quant à lui plaidé coupable, a été condamné à 4 ans et demi de prison.

Avant d’être accusés, les deux hommes jouissaient d’une importante popularité sur les réseaux sociaux. Dylan Demers se prétendait même être le King de Snapchat.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.