•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'exploitation des forêts anciennes augmente, dit le Wilderness Committee

Gros plan d'un arbre géant.

L’une des recommandations phares du rapport indépendant sur l'avenir des forêts anciennes, remis au gouvernement de John Horgan en septembre, est de suspendre immédiatement la coupe des forêts anciennes dans les écosystèmes qui risquent des pertes irréversibles de biodiversité, le temps de mener une réforme complète du régime d'exploitation forestière.

Photo : Radio-Canada / Sarah Xenos

Radio-Canada

La superficie des forêts anciennes ayant été approuvée pour l'exploitation forestière a augmenté de 43 % au cours des 12 derniers mois comparativement au 12 mois précédents, et ce, malgré la promesse de la Colombie-Britannique de protéger ces forêts, révèle une nouvelle étude du groupe environnemental Wilderness Committee.

Dans un rapport indépendant sur l’avenir des forêts anciennes et soumis au gouvernement le 30 avril 2020 et rendu public en septembre, les auteurs Gary Merkel et Al Gorley appellent Victoria à protéger les forêts anciennes, inquiets que la gestion actuelle entraîne une perte irréversible de la biodiversité.

La province a alors promis de protéger 3530 km2 de forêts, et que plus de la moitié de celles-ci soit des forêts anciennes.

Dans les douze mois suivant la réception du rapport, soit entre le 30 avril 2020 et le 30 avril 2021, la province a approuvé l'exploitation forestière sur 84 669 hectares, soit près de 850 kilomètres carrés de forêts anciennes, selon le Wilderness Committee. Durant les 12 mois précédant la réception du rapport, la superficie approuvée pour la coupe dans les forêts anciennes était de 59 228 hectares, soit près de 592 kilomètres carrés.

Le Wilderness Committee, un groupe dédié à la préservation de la forêt et des écosystèmes, s'est servi de données publiques pour créer une carte montrant les endroits où les blocs de coupe approuvés par la province sont situés dans des forêts anciennes.

La coupe de forêt ancienne est concentrée, comme on s’y attendait, dans les forêts anciennes les plus productives, explique le responsable de la campagne nationale pour le Wilderness Committee, Torrance Coste.

Je pense qu’il y a eu une importante augmentation des applications pour un permis de coupe par les entreprises forestières et nous n’avons jamais vraiment entendu parler d’un permis qui n’a pas été approuvé par le gouvernement, soutient Torrance Coste.

L’augmentation des approbations de coupe dans les forêts anciennes est inquiétante, selon Gary Merkel qui accuse le gouvernement de manquer de transparence dans ce dossier.

La province dépasse d’ailleurs l'échéancier qui avait été déterminé dans le rapport, ajoute-t-il, et il reste encore beaucoup de forêts à protéger et de relations entre les nations à définir.

Nous avons besoin d’une d’une plus grande urgence de la part du gouvernement sur ce dossier.

Une citation de :Torrance Coste, directeur de campagne, Wilderness Committee

Le ministère des Forêts, de la Terre, des Ressources naturelles et du Développement rural indique avoir reçu le rapport du Wilderness Committee lundi et que celui-ci est actuellement en révision.

Nous savons que le statu quo sur la gestion des forêts anciennes n’est pas acceptable. Nous avons hérité d’une panoplie de différentes mesures concernant les forêts anciennes et nous savons que nous avons besoin d’une stratégie exhaustive pour aller de l’avant, a expliqué un porte-parole du ministère dans une déclaration écrite.

Le ministère ajoute travailler de concert avec les communautés autochtones, les gouvernements locaux, les industries ainsi que le public pour élaborer cette stratégie.

Avec les informations de Kieran Oudshoorn

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !