•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maternité, un sujet qui nourrit les romanciers depuis toujours

Photographie d'une petite fille dans un champ de fleurs.

Après «La voix de mon père», voici le deuxième récit de Nathalie Leclerc, intitulé «Le cri de ma mère».

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Le très beau livre de Nathalie Leclerc Le cri de la mère évoque les tumultueuses relations mère-enfant, un sujet qui a nourri de nombreux écrivains au fil du temps.


Le cri de ma mère (Leméac)
Nathalie Leclerc


Nathalie Leclerc a fait son entrée en littérature il y a quelques années avec le bouleversant récit autobiographique La voix de mon père, où elle décrit en détail sa relation avec son père, Félix Leclerc.

Elle récidive cette fois-ci avec Le cri de ma mère, un livre douloureux qui raconte son parcours de vie auprès d'une mère délétère.

J'ai huit ans. Assise sur un tronc d'arbre, je contemple le fleuve Saint-Laurent. Je respire longuement en inspirant et expirant, sans arrêt. J'accélère la cadence pour m'étourdir, m'évanouir et chasser l'oppression qui se répand dans tout mon corps. Les mots de ma mère résonnent encore : "Tu n'es pas capable d'amour, ma fille."

Une citation de :Nathalie Leclerc, « Le cri de ma mère »

Entre 2014 et 2016, l'auteure s'exile avec ses enfants à Suresnes, en banlieue de Paris, non loin du lieu où elle est née. C'est l'occasion pour elle de mettre sur papier les épisodes marquants de sa relation tourmentée avec celle qui l'a mise au monde.

On refait avec Nathalie Leclerc l'histoire de sa vie, de ses blessures, de ses errances. On réfléchit avec elle à l'immense pouvoir que peut avoir une mère sur ses enfants. Comment se remet-on de ne pas avoir été aimé ou pas assez aimé par sa mère?

Peut-on se réconcilier après une vie de mésentente? Comment expliquer que l'amour et le désamour puissent ainsi exister simultanément? Ce sont ces questions qu'évoque, entre autres, l'écrivaine dans Le cri de ma mère.

Portée par une écriture sensible et poétique, le deuxième récit de Nathalie Leclerc est troublant d'honnêteté et porteur d'espoir.

Quelques suggestions de lecture à l'occasion de la fête des Mères

Quelques suggestions de lecture où le thème de la maternité est central.

Quelques suggestions de lecture où le thème de la maternité est central.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy


L'autre moitié de soi (Flammarion)
Brit Bennett


Mallard, en Louisiane, est une si petite ville qu'elle ne se trouve sur aucune carte. Cependant, il s'agit d'une ville très particulière puisque seuls des Afro-Américains blancs y vivent.

L'autre moitié de soi retrace le destin le des jumelles Stella et Désirée Vignes, qui disparaissent par une belle nuit d'été. Lorsque Désirée réapparaît 14 ans plus tard, elle est accompagnée de sa fille, June, qui a la peau très sombre. On découvre alors que Stella a finalement tout quitté pour vivre comme une Blanche.

Ce nouveau roman de l'Américaine Brit Bennett dépasse largement le thème du racisme pour se questionner en profondeur sur les concepts mêmes d'identité et de filiation.


La promesse de l'aube (Folio)
Romain Gary


Probablement le plus beau livre qui ait été écrit sur l'amour maternel, La promesse de l'aube est un incontournable de la littérature mondiale.

Ce roman à saveur hautement autobiographique raconte la vie de l'écrivain Romain Gary auprès d'une mère, ancienne actrice russe, portée par un amour inconditionnel pour son seul et unique fils.

Le livre, plein d'humour et de tendresse, raconte le combat sans répit que mène celle-ci pour assurer un destin exceptionnel à son garçon, qu'elle destine aux plus hautes fonctions.

Un extraordinaire roman à lire et à relire.

Romain Gary est photographié jeune avec sa mère.

Le passeport de la mère de Romain Gary, Mina Kacev

Photo : AFP/Getty Images / PETRAS MALUKAS


Venir au monde (Robert Laffont)
Margaret Mazzantini


Ce magnifique roman de l'Italienne Margaret Mazzantini est le récit d'un grand amour, d'une amitié hors-norme et d'un profond désir, celui d'être mère.

Gemma rencontre Diego et Gojko en 1984, lors des Olympiques d'hiver de Sarajevo. Presque 25 ans plus tard, elle retourne sur les lieux de cette rencontre avec son fils Pietro.

Roman puissant sur les forces de l'amour, sur la résilience et sur l'absurdité de la guerre, Venir au monde est un roman profond et bouleversant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !