•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désaccord entre des chefs autochtones sur le sort du député Steve Norn

Steve Norn à l'Assemblée législative.

Le député de Tu Nedhé-Wiilideh a été vivement critiqué sur les médias sociaux depuis la publication d'un article de Cabin Radio le 23 avril.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Alors que les chefs de la Première Nation des Dénés Yellowknives, aux Territoires du Nord-Ouest, demandent la démission du député de Tu Nedhé-Wiilideh, Steve Norn, en raison d'une controverse sur son respect des mesures sanitaires, le chef la Première Nation Deninu K’ue continue de soutenir le député.

Pendant ce temps, les députés ont choisi de remettre le sort de leur collègue entre les mains du commissaire à l’intégrité du territoire en portant plainte.

Steve Norn a annoncé publiquement à la mi-avril avoir été infecté au SRAS-CoV-2 au cours d’un voyage d’urgence familial en Alberta.

Plus tard, Cabin Radio a rapporté en se basant sur des sources anonymes travaillant dans l’édifice de l’Assemblée législative, que le député n’aurait pas respecté les normes de sa période d’isolement en entrant dans l’enceinte de l’Assemblée législative le 17 avril, soit le dernier jour de sa quarantaine.

Radio-Canada n’a pas été en mesure de vérifier ces allégations.

La santé publique et le gouvernement ont jusqu'ici évité de commenter, citant les lois sur la vie privée, mais la première ministre, Caroline Cochrane, a confirmé qu’un employé de l’Assemblée législative a dû s’isoler après avoir été exposé au virus.

Steve Norn n'a pas répondu aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

La Chambre de l'Assemblée législative des T.N.-O.

Les Territoires du Nord-Ouest sont gouvernés par un gouvernement de consensus composé de 19 députés.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La circonscription de Tu Nedhé-Wiilideh que représente Steve Norn couvre les collectivités des Dénés Yellowknives, Dettah et Ndilo, ainsi que celles de Łutselk'e et de Fort Resolution.

Lundi, la santé publique a indiqué ne pas avoir réussi à faire de liens entre la grappe de cas de la COVID-19 dont fait partie Steve Norn et l'éclosion à l'École N.J. Macpherson qui a forcé l'isolement d'au moins 1000 contacts étroits ces derniers jours.

Les chefs de Dettah et Ndilo veulent sa démission

Dans une lettre envoyée à la première ministre mardi, le chef de Dettah, Edward Sangris, et le chef de Ndilo, Ernest Betsina, se disent extrêmement préoccupés par les allégations contre le député. Ils affirment avoir perdu toute confiance en sa capacité à représenter leurs membres.

Son mépris pour les protocoles et les règles sur la COVID-19 [...] est répréhensible, écrivent les chefs. Nous, les chefs et nos membres vous recommandons de demander la démission de ce député.

Ernest Betsina regarde la caméra.

Ernest Betsina est le chef de Ndilo dans les Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

En envoyant cette lettre à la première ministre, les deux chefs lui demandent d'adopter une position ferme et d'envoyer un message clair et fort à la population des Territoires du Nord-Ouest que personne n’est au-dessus de la loi.

Toute personne, y compris les politiciens et les fonctionnaires, qui se place inconsidérément au-dessus de la sécurité des autres pendant la pandémie doit faire face à de graves conséquences pour ses actions.

Une citation de :Edward Sangris, chef de Dettah et Ernest Betsina, chef de Ndilo

Un appui du chef de la Première Nation Deninu K'ue

En fin d’après-midi, mardi, le chef de la Première Nation Deninu K'ue à Fort Resolution, Louis Balsillie, a aussi envoyé une lettre à la première ministre, mais pour indiquer soutenir son député.

En indiquant ne pas connaître les détails et les faits reprochés au député dans les médias, Louis Balsillie précise que Steve Norn devrait être réprimandé si nécessaire, mais que le gouvernement se doit d’être équitable et respectueux à son égard.

Un homme se tient devant un bâtiment.

Louis Balsillie est le chef de la Première Nation Deninu K'ue dans les Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Louis Balsillie

« Nous ne pensons pas que ses actes aient été délibérément négligents, mais qu'il s'agit plutôt d’une situation d'erreur humaine, écrit le chef. Il doit y avoir de l’équité dans l'examen de cette question et les faits devront être confirmés quant au niveau de risque que ses actions [ont impliqué]. »

Il a été élu par nos électeurs et a toujours été accessible, solidaire et proactif dans sa défense des intérêts de tous les habitants de notre région.

Une citation de :Louis Balsillie, chef de la Première Nation Deninu K'ue

Les députés porteront plainte

Après s’être rencontrés mardi pour discuter de la situation, les députés ténois ont choisi de porter plainte contre leur collègue au commissaire à l’intégrité.

En plus de conseiller les députés sur les instances de conflit d'intérêts, le commissaire à l’intégrité veille au respect du Code de conduite des députés.

Une fois la plainte reçue, le commissaire devra enquêter et remettre son rapport au président de l’Assemblée législative, qui, à son tour, devra le déposer au corps législatif.

En réponse à une demande d’entrevue avec la première ministre pour discuter de la lettre des chefs de la Première Nation des Dénés Yellowknives, une porte-parole des communications du cabinet a répondu qu’il serait inapproprié pour Caroline Cochrane de faire des commentaires publics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !