•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Jolie Maison de Mont-Joli devient une maison Gilles-Carle

Vue de face de la maison, en briques brunes.

Au total, huit lits d'hébergement temporaire permettent aux proches aidants de prendre un moment de répit.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Le foyer de répit et d’hébergement La Jolie Maison, de Mont-Joli, agrandit son offre de service pour devenir une maison Gilles-Carle. Elle pourra donc maintenant accueillir des personnes plus âgées en perte d’autonomie.

L’organisme Répit-Loisirs-Autonomie, qui chapeaute La Jolie Maison, offre déjà un service d’hébergement aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle, physique ou avec un trouble du spectre de l’autisme depuis 2019.

Une aide financière de 400 000 $ du gouvernement du Québec permet à l'organisme d'augmenter ses effectifs et d'accueillir des personnes en perte d'autonomie, souvent plus âgées que la clientèle qu'il appuyait jusqu'à maintenant.

Les séjours de ces personnes, qui varient d’une journée à quelques semaines, donnent une période de répit aux familles et aux proches aidants.

Une chambre à coucher, avec des draps bruns et une peluche sur la table de nuit.

La Jolie Maison Gilles-Carle peut accueillir jusqu'à huit personnes en perte d'autonomie.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Nos services ici à La Jolie Maison sont tellement variés, mais nos préposés et bénévoles peuvent maintenant s’occuper d’une personne en perte d’autonomie de 6 à 100 ans! Les proches aidants ont besoin de se reposer aussi au travers de ça, explique le directeur général de Répit-Loisirs-Autonomie, Jean-Nicolas Marchand.

En plus des services d’hébergement temporaire, la maison offre aussi des activités de jour. Il est possible pour les personnes qui veulent briser l’isolement de venir quelques heures durant la journée.

Services réduits par la COVID-19

Malgré cette annonce, la pandémie de COVID-19 affecte les activités de l’organisme. Si huit places d'hébergement sont disponibles habituellement, La Jolie Maison doit se contraindre à n'accueillir que quatre personnes par nuit jusqu’à nouvel ordre.

Même obligation pour les activités de jour, dont la capacité d’accueil passe de 15 personnes, à 6 durant la pandémie.

La salle à manger aux murs de bois, meublée de tables et de chaises.

La distanciation physique est difficile à appliquer chez une clientèle moins autonome selon le directeur général de l'organisme.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Jean-Nicolas Marchand espère que les activités normales vont pouvoir reprendre cet été, si la situation épidémiologique régionale le permet.

Selon lui, les besoins sont criants dans la région que couvre l’organisme Répit-Loisirs-Autonomie, de La Pocatière jusqu’à Matane.

Environ 500 personnes ont bénéficié d’un service d’hébergement en 2019. Avec la COVID-19 cette année, on va pouvoir accueillir environ 1200 personnes, mais on aurait la capacité d'accueillir plus de 2000 personnes tellement les besoins sont là, ajoute M. Marchand.

Contrairement à certaines autres ressources, il n’est pas nécessaire d’obtenir une référence pour profiter des services de La Jolie Maison.

Les personnes qui en ressentent le besoin peuvent tout simplement appeler la maison d’hébergement pour discuter des services offerts, assure Jean-Nicolas Marchand.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !