•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lorrainville lance son projet de petites terres

Une affiche indique le projet de petites terres de Lorrainville.

Les agriculteurs ont jusqu'au 14 juin pour déposer un projet.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

La municipalité de Lorrainville souhaite promouvoir l’agriculture de proximité avec son projet de petites terres.

Après huit ans de travail, elle a lancé mardi un premier appel de projets afin de trouver des aspirants-agriculteurs pour prendre possession de 4 lots de 25 acres.

La municipalité s’est butée à deux refus de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) avant de pouvoir mettre de l’avant ce projet.

Le maire de Lorrainville, Simon Gélinas, rêve depuis longtemps au développement des terres à la sortie de son village, celles qui verront accueillir des projets agricoles uniques, selon lui.

Ce qu’on souhaite voir émerger, ce sont des projets novateurs, on veut de la nouveauté. Ce que nous voulons, ce sont des familles de passionnés d’agriculture, qui s’établiront sur ces terres afin d’en faire un mode de vie, souhaite Simon Gélinas.

Les propriétaires de lot devront toutefois respecter plusieurs critères, dont celui de pratiquer une agriculture biologique qui vise plus que l’autosuffisance alimentaire.

Si ton projet n’est pas biologique, ne dépose pas un projet aux petites terres, c’est la première chose importante, soutient le maire de Lorrainville, Simon Gélinas.

Ils devront aussi générer des profits de 5000 $ lors de leur première année d’exploitation, avant de s’établir. Au bout de trois ans, ce profit devra totaliser 25 000 $ brut.

Une vitrine pour le Témiscamingue

Le projet des petites terres s’inscrit dans le pôle d’excellence des agricultures innovantes, prôné par la MRC de Témiscamingue.

On veut se démarquer sur le plan des possibilités agricoles, des modèles d’entreprises, des productions différentes qu’on peut déployer et développer ici au Témiscamingue. Les possibilités sont énormes, estime la préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc.

Elle croit d’ailleurs que des gens de l’extérieur de la région pourraient être intéressés par les petites terres de Lorrainville.

Une terre agricole.

Les quatre lots ne font que 25 acres chacun.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Les projets peuvent être déposés jusqu’au 14 juin. Après quoi, un comité de sélection se chargera d’évaluer ceux qui cadrent le plus avec la vision de la municipalité. Chaque lot de 25 acres sera vendu 25 000 $.

Le 27 mai prochain, une journée sera consacrée à la découverte du secteur, où des chemins d’accès ont été aménagés par la municipalité.

Les promoteurs sélectionnés seront épaulés par l’agroéconomiste Vincent Fluet. Il est le fondateur de la ferme urbaine Écobourgeons de La Sarre.

Je connais très bien les intervenants, les organismes et les programmes pour les orienter et les accompagner là-dedans. Ça va me faire plaisir de voir fleurir une agriculture locale plus dynamique. C’est un projet qui est actuel, nécessaire, et qui sera un exemple pour le futur, croit Vincent Fluet.

Lorrainville souhaite prouver que le projet des petites terres est viable. Quatre autres lots pourraient être développés plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !