•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le bois d'oeuvre, au tour des panneaux solaires d'avoir la cote

Deux employés tiennent un panneau solaire sur un toit.

Le nombre d'installations de panneaux solaires sur des petits sites a augmenté de 30 % en un an en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Justin Pennell

Le téléphone ne dérougit pas pour les installateurs de panneaux solaires. Mais, au moins en Alberta, cette popularité croissante n’est pas qu’un effet de la pandémie.

Dès le petit matin, les employés de l’entreprise Skyfire Energy sont déjà perchés sur le toit d’une maison à Calgary. Ils y installent des panneaux solaires. Une fois ce travail terminé, ils s’attaqueront à l'installation pour une autre résidence.

Une équipe de collègues enchaîne trois chantiers ce jour-là dans la métropole albertaine.

Après 20 ans de hauts et (surtout) de bas dans le domaine du solaire, le fondateur de l’entreprise, David Kelly, se frotte les mains parce qu’il vit sa meilleure année.

Nous avons grossi de 40 % l’année dernière, et cela semble parti pour être pareil en 2021, voire même mieux , se félicite-t-il. Le marché résidentiel est très, très solide en ce moment, et le commercial n’est pas non plus à la traîne.

David Kelly regarde vers le toit d'une maison sur un chantier de construction.

Le fondateur de l'entreprise Skyfire Energy, David Kelly, croit que l'industrie du solaire a enfin pris son envol.

Photo : Radio-Canada / Justin Pennell

L’épargne de la pandémie

Créée il y a seulement cinq ans, l’entreprise Virtuoso Energy affiche une croissance encore plus élevée cette année. Selon son cofondateur Kai Fahrion, la compagnie a terminé 72 % de plus de projets en 2020 et a doublé son nombre d’employés au premier trimestre de l’année.

La grande tendance en 2020 a été de rendre son lieu de vie plus agréable. Nous avons eu un afflux de clients qui voulaient rendre leur maison moins énergivore parce qu’ils y étaient plus souvent et n’étaient pas partis en vacances. [Il me disent :] "J’ai 15 000 $, 20 000 $ à dépenser, qu’est-ce que Virtuoso peut faire pour moi?, raconte M. Fahrion.

[Cet engouement] est motivé massivement par l’épargne.

Une citation de :Kai Fahrion, cofondateur, Virtuoso Energy

Son entreprise est loin d’être la seule dans ce cas. Selon Statistique Canada, l’épargne de Canadiens a atteint près de 212 milliards de dollars en 2020, un montant bien supérieur aux 18 milliards accumulés l’année précédente.

Ces sommes rondelettes ont déjà conduit à une forte hausse des prix des matériaux de construction.

Des panneaux solaires sur le toit de deux maisons.

Les panneaux solaires se multiplient sur les toits de Calgary, surtout des nouvelles constructions.

Photo : Radio-Canada / Justin Pennell

En Alberta, le nombre de petits sites de production d’énergie solaire a augmenté de près de 30 % en un an.

L’effet semble cependant moins généralisé à l'échelle du pays. Virtuoso et Skyfire Energy ont constaté une petite augmentation de la demande en Colombie-Britannique, où les deux compagnies ont aussi des chantiers.

Au Québec, l’hydroélectricité ne permet pas au solaire d’être compétitif, selon Patrick Goulet, d’Énergie solaire Québec. S’il constate un engouement, c’est pour un marché, qui est plus de niche, le hors réseau.

Une tendance de fond

C’est que la croissance des panneaux solaires en Alberta n’est pas seulement motivée par la pandémie, selon les installateurs, ce qui leur fait espérer encore de beaux jours.

L’Alberta est le point chaud du solaire.

Une citation de :David Kelly, fondateur, Skyfire Energy

Les prix sont tellement bas que nous prenons de l’essor, tant le résidentiel que le commercial. Nous allons devenir le courant dominant, prédit Alex Tyndale le fondateur de l’entreprise Solar YYC.

Trois de ses employés préparent l’arrivée de plus de 200 panneaux solaires sur le toit du hangar de Josh Veldhoen, propriétaire d’une entreprise de construction.

Selon cet utilisateur précoce de l'énergie solaire, la pandémie n’a rien à voir dans son choix d’investissement, mais plutôt le souci de l’environnement et un calcul économique.

Dans toutes nos activités, nous brûlons beaucoup de CO2. Donc, le solaire est une manière pour nous de compenser cette production de carbone en utilisant l’espace dont nous disposons , explique M. Veldhoen.

Alex Tyndale et Josh Veldhoen regardent tous les deux le chantier de panneaux solaires devant un camion de l'entreprise de construction.

Le propriétaire de Solar YYC Alex Tyndale (à gauche) et son client Josh Veldhoen, propriétaire de l'entreprise Wire Construction.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Les 216 panneaux solaires devraient fournir toute l’électricité dont l’entreprise a besoin. Le système devrait être amorti en l’espace de 10 ans et est garanti pendant 25 ans, a calculé l’entrepreneur.

La présence d’un incitatif financier provincial aide à développer le solaire auprès des petites entreprises, selon M. Tyndale. Mais même sans cela, ce type de production d’électricité est devenu de plus en plus compétitif.

Au niveau résidentiel, le gouvernement conservateur uni a supprimé la subvention en 2019. L’industrie a subi un contrecoup immédiatement après, mais, selon M. Tyndale, elle a récupéré son niveau d’activité.

Les prix ont énormément baissé. L’Alberta a probablement un des coûts du solaire au kilowatt le moins élevé d’Amérique du Nord , explique-t-il.

L’effet boule de neige

C’est d’ailleurs un argument qui attire de plus en plus de grands noms dans la province. Amazon, Budweiser, Ikea sont autant de compagnies internationales qui ont acheté des intérêts dans des fermes solaires.

Selon Alex Tyndale, ce type d’annonce ajoute de la crédibilité à la viabilité de son industrie.

Quand une compagnie comme Amazon investit dans le solaire, les gens peuvent être assurés qu’ils ont fait leurs devoirs. Cela ne peut que nous apporter de nouveaux clients, confie-t-il.

Le vétéran de l’industrie, David Kelly, partage cet optimisme. Son entreprise installe des panneaux solaires pour toutes les nouvelles constructions résidentielles du promoteur immobilier Jayman.

Le solaire est devenu un argument de vente, constate-t-il.

Je ne sais pas quel pourcentage de maisons ont des panneaux solaires sur leur toit dans le quartier autour de moi, mais nous pourrions facilement arriver à 100 % , dit-il d'un ton rêveur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !