•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre scénarios à l’étude pour le complexe multiglace dans l’ouest de Gatineau

Une partie de hockey vue du banc.

Aucune entreprise n’a déposé de proposition, à la suite de l’appel d’offres pour le projet de complexe multiglace dans l’ouest de Gatineau (archives).

Photo : Pixabay

Radio-Canada

La Ville de Gatineau a fait le point sur le projet de complexe multiglace dans l'ouest de son territoire, mardi, en comité plénier. L’administration municipale étudie désormais quatre scénarios.

L’appel d’offres pour le projet lancé en 2019 a connu peu de succès. En fait, aucune entreprise n’a déposé de proposition, forçant la Ville à revoir son modèle d’affaires.

En février, le conseil municipal avait ouvert la porte à l’ajout d’une quatrième patinoire et au greffage d’une installation telle qu’une palestre.

Considérant les besoins criants en infrastructures sportives dans l’ouest de Gatineau et les projections démographiques des prochaines années, l’administration municipale propose ainsi ces quatre scénarios :

  • Construction de trois glaces

  • Construction de trois glaces jumelées à une autre infrastructure, par exemple, une palestre ou un terrain sportif intérieur

  • Construction de quatre glaces et changement de vocation d’un aréna d’Aylmer pour une autre activité

  • Identifier un autre lieu pour la palestre si les sites de multiglace ou des arénas existants ne conviennent pas

Le dossier du projet multiglace passe d’ailleurs des mains de la Commission des loisirs, des sports et du développement communautaire à celles du comité exécutif.

L’administration municipale devrait faire état de l’avancement du projet au comité exécutif, en juin.

Plusieurs embûches dans le projet

Alors que les citoyens de l'ouest de Gatineau attendent toujours de nouvelles installations, le conseiller du district de Masson-Angers, Marc Carrière, a remis en question le travail de la Commission des loisirs, des sports et du développement communautaire.

Son président, Martin Lajeunesse s’est défendu en mettant de l’avant le rôle de la Commission lors des récentes crises auxquelles a fait face la Ville de Gatineau.

On a eu deux inondations, on a eu des tornades, là, on a eu une situation où la commission scolaire a débarqué du projet de la palestre dans l’ouest, c’est tous ces facteurs-là, a-t-il dit, tout en rappelant l’augmentation des coûts de construction du Centre Slush Puppie en raison de la COVID-19.

Martin Lajeunesse pose pour la caméra dans le foyer de la Maison du citoyen.

Martin Lajeunesse est le président de la Commission des loisirs, des sports et du développement communautaire de la Ville de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Je n’ai pas de machine à reculer le temps pour changer les choses, on doit aller avec la réaction du temps et les embûches qu’on a rencontrées, a-t-il conclu.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a renchéri en défendant le travail réalisé au cours des dernières années.

Quand l’appel d’offres sort, il n’y a pas de soumissionnaires. Est-ce que ça veut dire qu’on n’a rien fait depuis deux ans? […] Non. On a fait un appel d’intérêt, on a fait un appel d’offres, a-t-il fait valoir.

Maxime Pedneaud-Jobin prend part à une discussion.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

Selon M. Pedneaud-Jobin, le contexte de pandémie est particulier, tant pour l’administration municipale que pour les entrepreneurs. Le maire reconnaît également l’ampleur des besoins dans l’ouest de la ville.

En même temps, le projet de palestre tombe, le marché ne répond pas pour les quatre glaces. On se retrouve avec une situation où je pense qu’on peut faire d’une pierre plusieurs coups, parce que de toute façon, on est devant un délai, a-t-il ajouté.

Le président du conseil d'administration d'Unigym, Martin Bisson se désole du délai supplémentaire pour l'obtention d'une palestre.

On n'est pas plus proche d'avoir une palestre qu'il y a quatre ans, cinq ans, six ans, a-t-il fait valoir en entrevue. Là, il va falloir que la volonté politique et l'administration arriment leurs objectifs pour qu'on arrive à une palestre dans un temps raisonnable.

Ce dernier a souligné que les installations désuètes pour la pratique de la gymnastique ont poussé plusieurs jeunes filles à abandonner leur sport de prédilection et qu'entre temps, celles qui restent doivent s'entraîner avec les moyens du bord.

À Aylmer, on est obligé de courir dans les corridors pour utiliser les outils de gymnastique et à mon avis, c'est inconcevable.

Une citation de :Martin Bisson, président du conseil d'administration d'Unigym

Nous, on a des espaces trop petits, à la limite de la sécurité, mais on pourrait faire mieux, a-t-il insisté.

Le scénario des quatre glaces préféré par des conseillers

Si l’administration municipale doit évaluer les scénarios, le conseiller du district de Lucerne, Gilles Chagnon, veut prioriser les options comptant quatre glaces, afin de s’aligner avec une vision à long terme.

Il va y avoir le besoin d’un quatre glace d’ici sept ou huit ans, donc si on veut garder cet aspect-là de vision, c’est minimum un quatre glaces, a-t-il mentionné.

La conseillère du district d’Aylmer, Audrey Bureau, est du même avis. Comme élue du secteur ouest […] je pense que c’est une erreur qu’on continue à mettre du temps et de l’énergie sur un trois glaces, a-t-elle indiqué.

La conseillère est debout dans une mêlée de presse à la Maison du citoyen

La conseillère du district d'Aylmer, Audrey Bureau (archives)

Photo : Radio-Canada

Mme Bureau croit toutefois qu’il faudra prendre le temps nécessaire pour s’ajuster aux changements dans le projet sans oublier l’urgence des besoins.

Ce n’est pas parce que je pense qu’il faut prendre le temps de bien faire les choses que le dossier n’est pas urgent et qu’il faut avoir toujours comme préoccupation en tête qu’il y a un échéancier qu’on a largement dépassé et que le besoin reste criant, a-t-elle soutenu.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !