•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Patry subit son enquête préliminaire pour la mort de Thomas Audet

Maxime Patry sort du poste de police d'Alma escorté par des policiers.

Maxime Patry subit son enquête préliminaire au palais de justice d'Alma (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Almatois Maxime Patry, accusé d'avoir causé la mort du petit Thomas Audet le 18 juin 2016, subit son enquête préliminaire au palais de justice de l’endroit.

L’homme de 35 ans fait face à une accusation d’homicide involontaire sur le fils de sa conjointe de l’époque. L’enfant était alors âgé de 22 mois.

Un grand-père tenant la photo de son petit-fils entre ses mains.

Le petit Thomas Audet était âgé de 22 mois seulement au moment de sa mort.

Photo : Radio-Canada

Le juge Pierre Simard a émis une ordonnance de non-publication sur les éléments de preuve.

Mardi matin, la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déposé le rapport du médecin légiste. La Couronne a également fait témoigner l'enquêteur de la Sûreté du Québec responsable des scènes de crime et une connaissance de la famille. La cause a été suspendue plus tôt que prévu, mardi, au milieu du témoignage de ce dernier. L’enquête préliminaire reprendra jeudi.

L'objectif premier de l'enquête préliminaire, c'est d'analyser la preuve, rappelle la représentante de la Direction des poursuites criminelles et pénales, Me Amélie Villeneuve. C'est un exercice qui sert autant en poursuite qu’en défense. On peut revoir des stratégies, se positionner tout simplement quant à l'avenir du dossier. On a aucune cause à gagner. On veut la recherche de la vérité et présenter la situation le plus fidèlement possible au tribunal.  

Il arrive toutes sortes de choses qui sont imprévisibles, explique l’avocat de la défense, Jean-Marc Fradette. Chaque fois, les parties dans ces cas-là doivent un peu réviser tout ça, prendre des positions et prendre des décisions. La raison pour laquelle on ne peut pas en parler, c'est que les gens pourraient apprendre des choses qui nuiraient au procès.  

Les familles de Thomas Audet espèrent que les éléments soulevés en cour criminelle les aident à déterminer ce qui s'est passé.

Ça fait cinq ans que je me bats et je vais me battre jusqu'au dernier souffle pour que la vérité sorte, affirme le grand-père de l’enfant , André Simard. J'espère que ça va régler des blessures , ajoute l’autre grand-père, Robin Larouche.  

Une poursuite a été intentée en 2019 contre le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean par des membres de la famille de l’enfant qui estiment que les intervenants de la Direction de la protection de la jeunesse ont fait preuve de négligence dans le dossier.

L'enquête préliminaire a pour but de déterminer si la preuve est suffisante pour la tenue d'un procès.

D’après les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !