•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus du Bas-Saint-Laurent déçus de perdre une ministre régionale

Marie-Eve Proulx, en conférence de presse à Rivière-du-Loup.

Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent, démissionne du conseil des ministres. (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, démissionne du Conseil des ministres. Selon des informations obtenues par Radio-Canada, des plaintes de harcèlement psychologique pèsent contre elle.

Un ex-employé de circonscription a d'ailleurs porté plainte contre elle au Tribunal administratif du travail (TAT) il y a près de deux mois. Ces plaintes se sont soldées par une entente à l'amiable.

Mme Proulx conservera son siège de députée pour la Coalition avenir Québec dans la circonscription de Côte-du-Sud.

André Simard.

Le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard, s'attriste de voir que la députée de Côte-du-Sud perd le poids qu'elle pouvait avoir au conseil des ministres. (archives)

Photo : Radio-Canada

Le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard, avoue avoir été surpris d'apprendre la démission de Marie-Eve Proulx à titre de ministre.

C'est la surprise ce matin. Effectivement, on le savait, c'était public tout de même qu'il y avait certains problèmes. Honnêtement, je croyais que c'était derrière elle, a affirmé le maire.

André Simard s'avoue surtout déçu pour la région qui perd sa ministre responsable.

Je suis déçu pour la région puisque c'est toujours important qu'une région ait son député à la grande table décisionnelle [conseil des ministres].

Une citation de :André Simard, maire de Saint-Roch-des-Aulnaies

Il soutient toutefois qu'il y a des limites à ne pas franchir en matière de respect des autres et il reconnaît que son avenir politique est assombri par ces allégations de harcèlement.

André Simard indique qu'il continuera tout de même à travailler avec Marie-Eve Proulx en tant que députée.

Sylvain Hudon lors d'une conférence de presse à l'usine de Bombardier à La Pocatière.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, dit qu'il continuera à travailler avec Marie-Eve Proulx comme députée de la circonscription, même si la situation est délicate. (archives)

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, compte, lui aussi, continuer à travailler avec Mme Proulx comme députée et se dit également attristé de voir que la région perd sa députée-ministre.

Il indique que Marie-Eve Proulx est très présente pour le Kamouraska. Elle était peut-être catégorique, mais elle savait ce qu'elle voulait faire, souligne-t-il, en affirmant que la situation reste tout de même délicate.

Le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

Le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis, souhaite qu'un nouveau ministre régional soit nommé rapidement. (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

De son côté, le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis, est lui aussi déçu de voir que la région perd une ministre avec qui il avait travaillé des dossiers.

Il espère qu'un nouveau ministre régional soit nommé rapidement.

Ce qu'on souhaite, c'est quelqu'un qui va s'investir corps et âme dans le développement de l'Est-du-Québec.

Une citation de :Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis

Bruno Paradis estime toutefois que la région pourra garder un poids élevé à Québec puisque l'esprit de concertation entre les diverses municipalités demeure en place et puisque la qualité de présentation des dossiers reste une force. Quand les maires sont unis, ça devient très difficile pour le gouvernement d'éviter certains dossiers, ajoute-t-il.

Pascal Bérubé.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, estime que Sonia Lebel pourrait remplacer Marie-Eve Proulx à titre de ministre responsable du Bas-Saint-Laurent. (archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

De son côté, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, se dit soulagé par cette démission. Il admet que ses relations avec Mme Proulx étaient difficiles. Pour faire avancer nos dossiers, dit-il, on a besoin d’un allié au Conseil des ministres et on n’avait pas cet allié avec Marie-Eve Proulx. D’autres vous le diront aussi.

Le chef parlementaire du Parti québécois aurait bien aimé que ce soit la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel, originaire de Matane, qui la remplace. Mais au gouvernement du Québec, on m’a dit qu’elle a décliné, commente M. Bérubé.

Comme le préfet de la Mitis, Pascal Bérubé demande aussi au premier ministre de nommer rapidement un ou une remplaçante.

Le député de Matane-Matapédia souligne que ces attentes sont élevées puisque plusieurs dossiers de sa circonscription sont en attente, dont celui du traversier F.-A.-Gauthier, toujours inopérant, ou celui des besoins en hémodialyse à l’hôpital de Matane.

Avec des informations de Patrick Bergeron et d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !