•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travaux d'asphaltage : attention aux fraudes à Sherbrooke

Une entrée de résidence avec les pneus d'une voiture

Des fraudeurs peuvent proposer des travaux d'asphaltage à petit prix.

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Lyonnais

Radio-Canada

Chaque printemps, le beau temps ramène de faux entrepreneurs qui font du porte-à-porte pour offrir frauduleusement aux gens d'entreprendre la réfection de leur cour d'entrée. Le Service de police de Sherbrooke (SPS), qui a reçu quelques plaintes, invite la population à la prudence.

« On voit arriver sur notre territoire des individus, équipés un peu à la va-vite. Ils offrent aux gens de réparer leurs entrées à bas prix, mais ne font qu'un travail esthétique », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Ces fraudeurs, qui viennent souvent de l'extérieur de la région, n'ont aucun permis de la Ville de Sherbrooke ni de la Régie du bâtiment du Québec. Ils ne sont que très rarement munis d'une carte professionnelle.

« Ils font signer des contrats sur des feuilles de cartable qui ne contiennent aucun détail. Bien entendu, ils se font payer en argent comptant uniquement, et souvent, ils quittent [les lieux] sans avoir fait les travaux ou commencent à étendre du goudron liquide dans la cour, avant de s'en aller sous prétexte d'aller chercher des matériaux », raconte le porte-parole.

Selon les observations du SPS, il arrive que ces gens soient particulièrement insistants auprès des personnes plus âgées.

« Ils offrent de bons prix, pour quelques dollars à peine. Ils peuvent faire quelque chose de beau, puis faire ça rapidement, mais il y a souvent anguille sous roche. Vous vous ramassez souvent à la première pluie et tout ça coule dans la rue. Quand c’est trop beau, il faut nous appeler », conclut Martin Carrier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !