•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chaîne de bonté créée par un pendentif perdu

Un pendentif rond en étain représentant une tête de corbeau.

Le pendentif de Leamber Kensley revêt une dimension particulière pour elle. Il lui permet de rendre hommage à son héritage anichinabé et lui rappelle sa soeur décédée, qui aimait beaucoup les corbeaux, tout comme elle.

Photo : Gracieuseté de Leamber Kensley

Radio-Canada

Un pendentif cher à une Winnipégoise revêt encore plus de signification pour elle maintenant qu’une pure inconnue a fait l’effort de le retrouver après sa disparition.

Leamber Kensley a réalisé qu’elle avait perdu son pendentif en étain il y a environ une semaine et demie, alors qu’elle jouait du tambour pour sa soeur, récemment décédée.

Le pendentif à l'image du corbeau a une signification particulière pour elle, puisqu’il lui permet de rendre honneur à la fois à son héritage anichinabé et à sa foi wiccane.

Ce pendentif a toujours été pour moi un véritable lien avec mes deux cultures, indique Leamber Kensley.

Sa soeur décédée adorait aussi les corbeaux, raconte-t-elle. Le pendentif a donc pris une importance encore plus grande après la mort de celle-ci.

Lorsqu’elle a réalisé la perte du bijou, Leamber Kensley s’est mise à le chercher frénétiquement, le coeur brisé de ne le trouver nulle part dans sa maison ou dans son auto.

Elle a alors décidé de publier un message sur Facebook, dans un groupe de résidents de Saint-Boniface et de Saint-Vital, dans l’espoir que quelqu’un trouverait son pendentif. Elle croyait que le bijou était peut-être tombé près d’un magasin d’alcool lorsqu’elle y achetait une bouteille de vin, et elle promettait des pâtisseries maison à quiconque le lui rapporterait.

Leamber Kensley.

Reconnaissante envers l'inconnue qui lui a rapporté son bijou, Leamber Kensley croit que ce geste montre la gentillesse de la communauté winnipégoise.

Photo : Gracieuseté de Leamber Kensley

Par chance, Monique van Osch travaillait justement dans cette succursale lorsqu’elle a vu la publication de Leamber Kensley durant une pause.

Elle a ressenti comme une évidence la nécessité de chercher le pendentif, en s’imaginant la joie de la personne qui l’avait perdu si elle le retrouvait.

En quelques minutes, Monique van Osch avait repéré le bijou dans le stationnement et pouvait annoncer la nouvelle à Leamber Kensley.

Elle lui remettait le pendentif le jour même. Monique van Osch raconte qu’on percevait le sourire dans les yeux de Leamber Kensley, qui portait un masque.

Je suis vraiment heureuse d’avoir pu illuminer la journée de quelqu’un en prenant seulement deux secondes de mon temps pour chercher quelque chose, affirme-t-elle.

Cette expérience est, aux yeux de Leamber Kensley, la preuve qu’il y a de bonnes personnes dans la communauté, et qu’en retour elle doit l’être pour les autres.

J’ai reçu quelque chose, je dois redonner aux autres,ajoute-t-elle.

Avec les informations de Sarah Petz et de Lauren Donnelly

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !