•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième équipe de T.-N.-L. envoyée en renfort dans les hôpitaux ontariens

Michelle Murphy.

Michelle Murphy est membre de l'équipe terre-neuvienne de professionnels de la santé qui va travailler dans les hôpitaux de Brampton, en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Sept autres travailleurs de la santé terre-neuviens se sont envolés vers l'Ontario mardi pour prêter main-forte à leurs collègues du Grand Toronto, une région durement frappée par la troisième vague de COVID-19.

L’équipe compte trois médecins et deux infirmiers de la région de Saint-Jean, un infirmier de Deer Lake et une infirmière de Stephenville. Ce petit groupe va travailler pour le système de santé William Olser, à Brampton, et sera sur place pendant 10 à 14 jours.

Si je peux aider une infirmière à prendre une pause café ou tenir la main d’un patient, ça vaut la peine, explique l’infirmière Michelle Murphy. Je n’ai pas beaucoup d’expérience avec la COVID-19 parce que nous avons été tellement chanceux ici. Mais j’ai les compétences et je m’adapterai.

Terre-Neuve-et-Labrador a signalé quatre nouveaux cas lundi, alors que l'Ontario en a recensé environ 3500.

Comme les neuf autres travailleurs terre-neuviens qui ont été déployés dans le centre-ville de Toronto mardi dernier, la deuxième équipe a été transportée en Ontario à bord d’un Hercules C-130 des Forces armées canadiennes.

[Les autres Terre-Neuviens] nous racontent que le personnel en Ontario est épuisé et qu’on les a accueillis à bras ouverts, indique Michelle Murphy.

Ottawa assume les frais de déplacement et paie le salaire des recrues pendant leur séjour ontarien. Le gouvernement fédéral a promis de rapatrier ces travailleurs à Terre-Neuve en cas d’éclosion dans leur province d'origine.

Un Hercules C-130.

L'équipe a été transportée vers Toronto dans un Hercules C-130 des Forces armées canadiennes mardi.

Photo : Radio-Canada

Pas de redistribution des vaccins aux zones chaudes

Face aux éclosions dans plusieurs provinces, dont l’Ontario et l’Alberta, l’Association médicale canadienne demande depuis des semaines que les vaccins contre la COVID-19 soient dirigés vers les endroits où le besoin est urgent.

Mais le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador rejette cette recommandation.

Il faut s’occuper de nos propres citoyens et nous faisons ce qui est possible pour aider l’Ontario en envoyant du personnel médical, affirme Andrew Furey, tout en précisant que tous les premiers ministres veulent que les vaccins soient distribués aux provinces en fonction de leur population.

Andrew Furey indique qu’une quarantaine de travailleurs ont manifesté leur intérêt d’aller travailler en Ontario. Le gouvernement provincial n’a pas encore décidé si d’autres Terre-Neuviens seront déployés dans le Grand Toronto.

Grogne au Labrador

L’envoi des travailleurs terre-neuviens en Ontario continue à faire réagir au Labrador. Plusieurs résidents labradoriens font la comparaison entre l'aide offerte à l'Ontario et la pénurie d'infirmières au Labrador.

La comparaison est juste. Il y a beaucoup de postes vacants ici [à Goose Bay] et en regardant le gouvernement qui envoie cette aide en Ontario, mais pas ici, je suis un peu déçue, explique Amy Norman, ancienne candidate néo-démocrate et chroniqueuse au Independent.

C'est une conversation difficile parce que, oui, il faut envoyer de l'aide en Ontario, mais les besoins ici sont grands, ajoute Amy Norman.

Andrew Furey a réitéré mardi que son gouvernement travaille sur une solution à long terme à la pénurie de travailleurs de la santé en régions rurales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !