•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Machairodus lahayishupup, l'un des plus gros félins à fouler la surface terrestre

Représentation artistique de Machairodus lahayishupup mangeant un Hemiauchenia, un parent du chameau.

Représentation artistique d'un Machairodus lahayishupup mangeant un Hemiauchenia, un parent du chameau. L'image fait partie d'une peinture murale de la formation Rattlesnake dans le centre de l'Oregon, où des fossiles de l'espèce nouvellement identifiée ont été trouvés. La fresque est exposée au John Day Fossil Beds National Monument.

Photo : John Day Fossil Beds National Monument

Radio-Canada

Un félin à dents de sabre, qui peuplait l’Amérique du Nord il y a 5 à 9 millions d'années, pouvait peser jusqu'à 400 kg et chasser des proies atteignant les 2700 kg, affirment les scientifiques américains.

Le Pr Jonathan Calede et ses collègues de l'Université d'État de l'Ohio ont décrit l’animal à partir de morceaux d’humérus non classés, mis au jour en Oregon, qu’ils ont comparés avec des échantillons de félins précédemment trouvés dans le monde entier.

C'était de loin le plus grand félin vivant à cette époque, explique le Pr Jonathan Calede de l'Université d'État de l'Ohio, dont l’équipe a aussi déterminé que cette espèce est un ancien parent du plus connu des chats à dents de sabre, le smilodon, qui s'est éteint il y a environ 10 000 ans.

Le plus gros des sept fossiles d'humérus de Machairodus lahayishupup mesure plus de 46 cm de long et 4,3 cm de diamètre. À titre de comparaison, l'humérus moyen d'un lion mâle adulte moderne mesure environ 33 cm de long.

Nous pensons que ces animaux abattaient régulièrement des animaux de la taille d'un bison.

Une citation de :Jonathan Calede

À l’époque, le territoire nord-américain était peuplé de rhinocéros, de chameaux géants et de paresseux géants. Ces animaux devaient fort probablement être des proies pour le Machairodus lahayishupup.

Jusque-là, les paléontologues utilisaient surtout des dents fossilisées pour classer les espèces de grands félins. Dans les présents travaux, ils y sont parvenus en utilisant des morceaux d’humérus.

Un humérus de Machairodus lahayishupup.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'humérus excavé dans le nord de l'Oregon est exposé au Musée d'histoire naturelle et culturelle de l'Université de l'Oregon.

Photo : John Orcutt

Nos travaux indiquent que nous pouvons utiliser la partie de l’humérus qui forme le coude pour distinguer les espèces de grands félins.

Une citation de :Jonathan Calede

À l’aide d’un logiciel, l’équipe a catégorisé les coudes géants de félins éparpillés dans les musées et qui présentaient une caractéristique commune particulière.

Ce travail a permis d’établir que certains humérus, dont ceux mis au jour en Oregon, appartiennent à la même espèce.

Leur forme et leur taille uniques nous indiquaient qu'ils étaient très différents de tous les félins décrits à ce jour. En d'autres termes, ces ossements appartiennent à une espèce, et celle-ci est une nouvelle espèce, soutient le professeur.

Les chercheurs pensent que la bête fut probablement l’un des premiers grands félins à dents de sabre, mais ils estiment que seule une reconstitution de l'histoire de leur l'évolution pourra déterminer où cette nouvelle espèce se situe.

L’existence d’un félin géant en Amérique du Nord à la même époque où des animaux similaires vivaient dans le monde entier soulève également une autre question liée à l'évolution.

On sait qu'il y avait des chats géants en Europe, en Asie et en Afrique. Maintenant, nous savons qu’il y avait aussi un chat géant à dents de sabre en Amérique du Nord pendant cette période, explique le Pr Calede dans un communiqué publié par l’université américaine.

Nous sommes soit en présence d'une évolution indépendante répétée sur chaque continent de chats géants avec un mode de chasse hyperspécialisé, soit en présence d’un chat à dents de sabre géant ancestral qui s'est dispersé sur tous ces continents par la suite!

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Mammalian Evolution (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !