•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus du Centre-du-Québec préfèrent une approche ciblée plutôt que la zone rouge

Panneau de signalisation routière annonçant une zone rouge de la COVID-19

Pour l'instant, la santé publique ne prévoit pas scinder la région sociosanitaire de Mauricie-Centre-du-Québec pour l'application de mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

Des élus du Centre-du-Québec préconisent une approche de mesures ciblées plutôt qu’un retour en zone rouge pour l’ensemble de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

En ce moment, ce n’est pas le temps de se diviser. C’est le temps d’être extrêmement solidaires et de collectivement rappeler à notre monde l’importance de respecter les mesures et surtout d’aller se faire vacciner, a soutenu Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet et préfète de la MRC Nicolet-Yamaska, à l’émission Toujours le matin.

Elle ne croit pas efficace de menacer la Mauricie et le Centre-du-Québec de retourner à la zone rouge parce que certaines MRC ne se portent pas bien. Ce serait désolidariser les gens que tout le monde repasse au rouge pour quelques régions qui vont moins bien, croit-elle.

Du 26 au 2 mai, 88 % des cas détectés Mauricie-Centre-du-Québec se trouvaient au Centre-du-Québec. Lundi, la santé publique a annoncé 24 nouveaux cas dans la région sociosanitaire, dont 21 au Centre-du-Québec.

Je pense qu’on est mieux d’y aller avec des mesures ciblées, dans des endroits où ça ne va pas bien.

Une citation de :Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet et préfète de la MRC Nicolet-Yamaska

Est-ce qu’on pourrait regarder si le [couvre-feu] pourrait être appliqué dans des zones où ça va moins bien… remettre un couvre-feu à 20 h? Je lisais que des inspecteurs de la CNESST vont être beaucoup plus présents dans certains milieux. Est-ce qu’il y a lieu de fermer des écoles dans les trois MRC où ça va moins bien?, demande la mairesse.

Le député de Nicolet-Bécancour Donald Martel reconnaît que la situation n’est pas évidente. Il avance que la santé publique pourrait appliquer des mesures particulières à un secteur comme ça a été le cas avec la Beauce dans Chaudière-Appalaches, mais on n’est pas encore là, assure-t-il, sans totalement écarter le scénario.

Quand je regarde la région de la Mauricie, c’est évident qu’il n’y a pas beaucoup de cas depuis assez longtemps. Donc je verrais mal qu’on mette des mesures à Trois-Rivières [alors qu’il y a plus de cas] à Drummondville, constate-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !