•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recteur de l’Université Laurentienne promet plus de transparence

Robert Haché devant une grande table dans une salle de réunion.

Le recteur et vice-chancelier de l'Université Laurentienne, Robert Haché

Photo : Université Laurentienne

Dans une lettre publiée lundi, le recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché, promet plus de communication et de collaboration lors de la deuxième étape du processus de restructuration.

Je suis heureux de dire que la prochaine phase du processus en vertu de la LACC [Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, NDLR] permettra d’accroître la participation d’une plus grande variété d’intervenants ainsi que les possibilités de communication à chaque étape, écrit le recteur et vice-chancelier.

La veille, l’Université Laurentienne a reçu l’accord des tribunaux pour entamer la deuxième phase de sa restructuration jusqu’au 31 août. Dans la foulée, l’Université a mis fin unilatéralement à son entente avec les universités fédérées.

Je me réjouis à l’idée de collaborer avec les parties prenantes à la faveur d’un examen de toutes les questions opérationnelles et de gouvernance au sein de l’Université, afin de déterminer les pratiques exemplaires de demain et de les mettre en œuvre, poursuit le recteur.

À la suite d’une motion déposée à Queen’s Park par la députée néo-démocrate France Gélinas, la vérificatrice générale de l'Ontario, Bonnie Lysyk, fera une analyse financière des activités de l'Université Laurentienne pour la période de 2010 à 2020.

France Gélinas estime que l’intervention de la vérificatrice générale permettra de faire la lumière sur les éléments qui ont poussé l’Université Laurentienne à se déclarer insolvable.

Plus de détails quant à cette analyse financière devraient être connus dans les prochaines semaines, selon l'élue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !