•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants à besoins spéciaux doivent être vaccinés, plaide une mère

Brenda Lenahan et son fils.

Brenda Lenahan garde son fils à la maison depuis le début de la pandémie, car elle s'inquiète à l'idée d'envoyer son fils à l'école avec des centaines d'autres enfants.

Photo : Offert par Brenda Lenahan

Radio-Canada

La responsable d’un groupe de parents d’enfants à besoins spéciaux demande à la Colombie-Britannique de suivre l'exemple de l’Alberta et de prioriser les jeunes vulnérables dans le plan de vaccination contre la COVID-19.

Brenda Lenahan, mère d’un garçon de 6 ans atteint d’une maladie génétique rare, similaire à une paralysie cérébrale, explique que les parents dans une situation semblable à la sienne ont toujours peur de voir leurs enfants contracter le virus qui cause la COVID-19.

Nos enfants sont vulnérables et beaucoup d’entre eux ne survivraient pas à la COVID-19, illustre celle qui administre également un groupe Facebook pour les parents d’enfants à besoins spéciaux.

La semaine dernière, l’Alberta a annoncé que les enfants âgés de 12 ans et plus et souffrant de maladie chronique pourront recevoir une dose du vaccin Pfizer-BioNTech, et ce, malgré le fait que Santé Canada n'approuve pas encore le vaccin pour ce groupe d’âge.

Santé Canada évalue actuellement l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les jeunes de 12 ans et plus, mais pour le moment, il est toujours indiqué que la sécurité et l'efficacité du vaccin chez les jeunes n’ont pas encore été prouvées.

Ce ne sont pas tous les parents du groupe Facebook qui accepteraient de voir leur enfant vacciner, notamment en raison de leur condition médicale, explique Brenda Lenahan, mais en les priorisant, ça donne aux parents un choix qu’ils peuvent ensuite évaluer avec l’équipe médicale de leur enfant.

Atteindre l’immunité collective

La majorité des parents souhaite que leurs enfants se fassent vacciner contre la COVID-19, indique le pédiatre Ran Goldman.

Tout le monde veut que la pandémie soit chose du passé et, pour éradiquer le virus, une majorité de la population doit-être vacciné.

Une citation de :Ran Goldman, pédiatre

Il convient toutefois que les enfants qui présentent des besoins spéciaux devraient être priorisés dans le plan de vaccination de la province.

Si leur médecin croit qu’ils ont besoin d’être vaccinés et qu’ils peuvent obtenir le vaccin, alors ils devraient être en première ligne, dit-il.

Au début de la pandémie, le Dr Goldman et ses collègues ont interviewé 1500 familles dans les urgences de 6 pays différents. Parmi eux, 65 % ont affirmé qu'ils feraient vacciner leurs enfants.

Maintenant que les efforts de la vaccination sont encore plus avancés, le pédiatre croit que ce pourcentage serait probablement beaucoup plus élevé.

Avec les informations de Maryse Zeidler, Briar Stewart et Ana Komnenic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !