•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Armada met fin à la saison des Olympiques de Gatineau

Le vaillant effort démontré en troisième période n'aura pas suffi à contrebalancer un début de match lors duquel la rondelle ne semblait pas vouloir se rendre au filet.

Un joueur de l'Armada s'apprête à lancer dans un filet désert alors que le gardien des Olympiques tente d'effectuer un arrêt in extremis.

Benjamin Corbeil profite d'un retour de lancer pour inscrire le deuxième but du match de l'Armada.

Photo : LHJMQ / Oli Croteau

Les Olympiques de Gatineau ont démontré qu'ils avaient du cœur au ventre, mais ils ont surtout manqué de temps face à l'Armada de Blainville-Boisbriand, lundi soir. En raison d'un réveil offensif tardif, la formation gatinoise s'est inclinée 4 à 3 et perd ainsi la série 3 à 1.

La première période a été l'affaire de l'Armada qui a dominé 19-2 au chapitre des tirs au but. Les Olympiques ont testé le gardien de but adverse pour la première fois, alors qu'il restait 4 minutes et 38 secondes à faire au premier vingt.

Les tirs au but, je ne pense pas qu'ils reflètent la période. On a travaillé tellement fort, mais nos lancers ont manqué de précision, a insisté Louis Robitaille, le directeur général et entraîneur-chef, quelques minutes après l'élimination de son équipe.

Rémi Poirier a réalisé plusieurs arrêts clés pour garder les Gatinois dans le match, mais l'Armada a profité d'une pénalité de 4 minutes pour bâton élevé d'Andrew Coxhead pour ouvrir la marque.

Le but de Benjamin Corbeil à quatre secondes seulement du premier entracte a fait particulièrement mal aux hommes de Louis Robitaille.

On a fait les ajustements qu'on devait faire après le premier match. On avait dit qu'une des clés du match aujourd'hui allait être la première période pis c'est là qu'on s'est bâti du momentum, s'est réjoui l'entraîneur de l'Armada Bruce Richardson après la rencontre.

Les Olympiques ont renversé la vapeur en début de deuxième, mais le gardien Charles-Édward Gravel a été solide pour préserver l'avance des siens. Ses coéquipiers Yaroslav Likhachev et Thomas Lacombe l'ont récompensé en inscrivant deux buts en 23 secondes, en fin de période, pour porter la marque à 4 à 0 après 40 minutes de jeu.

Une fin de match captivante

Lueur d'espoir pour les joueurs de Louis Robitaille en début de troisième période : ils inscrivent à leur tour deux buts rapides. D'abord, Alexei Prokopenko, puis seulement 6 secondes plus tard, Samuel Savoie a redonné espoir à ses coéquipiers en réduisant l'écart à deux buts.

Les Olympiques disposaient d'un peu plus de 15 minutes pour forcer la tenue d'une prolongation. Avec 2:22 à faire au match, Kieran Craig a marqué le troisième but des siens pour garantir une fin de match excitante.

Ce sera toutefois trop peu, trop tard, pour les Gatinois qui voient ainsi leur saison prendre fin au terme d'un match enlevant.

On avait un slogan cette année dans l'équipe ''ne jamais sonner la cloche''. Louis nous a ramené ça entre la 2e et la 3e et toute l'équipe, on a décidé de jouer comme si c'était 0 à 0, a expliqué l'attaquant Antonin Verreault.

Je suis vraiment triste que ça prend fin aujourd'hui, mais en même temps, je suis très heureux de tous les souvenirs que j'ai fait à Gatineau, a affirmé Metis Roelens, tout juste après avoir disputé son dernier match dans la LHJMQ. On a montré du caractère aujourd'hui. On a une si belle équipe et je leur souhaite la meilleure des chances l'année prochaine.

Même si l'élimination est difficile à digérer, les joueurs semblent déjà conscients d'avoir accompli de grandes choses cette saison. C'est la tête haute qu'ils quitteront la bulle sanitaire de Shawinigan, avec la conviction d'avoir bâti une identité d'équipe solide au cours des derniers mois.

En troisième période, ils ont ouvert les valves, ils n'avaient rien à perdre. C'est l'identité de leur entraîneur, ils n'abandonnent jamais, ça va être l'identité des Olympiques de Gatineau pour les années à venir, a tenu à souligner Bruce Richardson.

Je suis tellement fier d'eux, la résilience de ce groupe-là c'est frappant. J'espère que nos partisans sont fiers, parce qu'ils ont tout laissé sur la glace, a déclaré un Louis Robitaille assez émotif après la rencontre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !