•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec menace de sanctions les anesthésiologistes qui retardent des chirurgies

Un chirurgien prend un instrument dans sa main.

Des interventions chirurgicales ont été retardées en raison des moyens de pression des anesthésiologistes.

Photo : iStock

Face aux ralentissements vécus dans certains départements de chirurgie, Québec demande aux établissements de sévir. Des anesthésiologistes ont décidé de retarder leur arrivée, prévue normalement pour 7 h 30, afin de protester contre la diminution de leur rémunération.

Lundi matin, les opérations ont débuté une demi-heure plus tard que d’habitude à l’Hôpital de LaSalle et à l’Hôpital du Lakeshore, dans l’ouest de Montréal. Au lieu de 7 h 30 ce matin, les opérations ont débuté à 8 h, indique une source médicale de l’Hôpital de LaSalle. Au Lakeshore, une source à la direction du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal indique que les anesthésistes ont débuté ce matin à 8 h plutôt qu’à 7 h 30.

Des sources indiquent que le mouvement aurait touché plusieurs autres hôpitaux, à des degrés variables.

Déjà, la semaine dernière, Québec servait un avertissement. Un tel comportement des médecins spécialistes ne doit pas être toléré dans vos établissements, écrivait la sous-ministre adjointe Lucie Opatrny.

Les heures d’ouverture de vos blocs opératoires doivent être respectées comme prévu par votre établissement, et non pas déterminées par les manuels de facturation des médecins.

Une citation de :Lucie Opatrny, sous-ministre adjointe au ministère de la Santé et des Services sociaux

Elle poursuivait en spécifiant que les directeurs des services professionnels devront faire appliquer les sanctions administratives.

À l’Association des anesthésiologistes du Québec (AAQ), on s'étonne du ton de la lettre. On a demandé des conseils juridiques avant de se positionner là-dessus, indique le président de l’Association, le Dr Bryan Houde. Il faut dire que la colère gronde depuis des semaines chez les anesthésiologistes, frustrés qu’on ait réduit leur rémunération entre 7 h et 8 h le matin.

Une majoration pour la première heure de travail instaurée en 2013 leur a été retirée ces dernières semaines. Les anesthésiologistes ont été un des principaux groupes de médecins spécialistes ciblés dans le cadre de nouvelles mesures d’économie.

D’ici avril 2023, un organisme paritaire composé de médecins spécialistes et de représentants du gouvernement devra avoir trouvé un total de 450 millions de dollars d’économies liées à la pertinence d’actes médicaux. Environ 58 millions ont été ciblés en 2020-2021 par l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM).

Le Dr Houde estime que la contribution des anesthésiologistes s’élève à 10 millions de dollars annuellement. C'est une portion importante de la récupération totale [...] et l’Institut de la pertinence s’est trompé, soutient le président de l'AAQ.

C’est de l’impertinence, parce que ça n’encourage pas les anesthésiologistes à se présenter plus tôt pour lancer les blocs [opératoires].

Une citation de :Dr Bryan Houde, président de l'Association des anesthésiologistes du Québec

Au ministère de la Santé et des Services sociaux, une porte-parole précise que l’analyse de l’IPAM indique que la bonification des heures, de 7 h à 8 h et de 15 h à 17 h, est à faible valeur ajoutée. Il a donc été décidé de la retirer. Notez aussi qu’il n’y a pas d’autre corps d’emploi en santé où l’on reçoit des primes pour arriver à l’heure.

À la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), la porte-parole Anne-Louise Chauvette rappelle que la FMSQ a été très claire envers l’AAQ : aucune mesure de pression ayant un impact sur les patients ne sera excusée [...] Dans le contexte difficile de rattrapage des activités médicales, chirurgicales, d’imagerie et de laboratoire, tous doivent mettre les bouchées doubles pour optimiser les soins et ainsi réduire les listes d’attente.

En 2019, au terme d'âpres négociations, le gouvernement de François Legault et la FMSQ étaient parvenus à s’entendre pour réduire de 1,6 milliard de dollars l’augmentation de la rémunération des médecins spécialistes consentie par le gouvernement libéral précédent.

150 anesthésiologistes manquants

Quelques anesthésiologistes à qui nous avons parlé rappellent également le manque d’effectifs à travers le Québec et leur contribution sur le plan provincial pour éviter des ruptures de service dans l’ensemble des installations du Québec.

Le Dr Houde, tout comme ses prédécesseurs, clame qu’il manque 150 anesthésiologistes sur un effectif total de 800 médecins.

Selon les plus récentes données de la RAMQ, leur rémunération annuelle moyenne s’élevait à 467 000 $, un peu au-dessus de celle de l’ensemble des spécialistes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !