•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une photo de la famille Rogers avec Donald Trump suscite la controverse

Cinq personnes prennent la pose pour la caméra

De gauche à droite : Suzanne Rogers, Donald Trump, les fils de M. et Mme Rogers, et Edward Rogers.

Photo : @suzannerogerstoronto/Instagram

Radio-Canada

Une photo publiée sur les médias sociaux où on voit Edward Rogers, président de Rogers Communications et des Blue Jays de Toronto, et sa femme Suzanne, patronne honoraire de la Suzanne Rogers Institute of Fashion (SRFI) de l'Université Ryerson, suscite la controverse.

Plusieurs membres de l'industrie de la mode se disent offusqués que Mme Rogers s’associe à M. Trump. Elle a elle-même publié la photo sur Instagram. La photo a été prise à la résidence Mar-a-Lago de M. Trump à Palm Beach, en Floride.

Une capture d'écran d'une publication InstagramAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« La publication sur Instagram est coiffée du titre une manière spéciale de terminer la soirée! »

Photo : @suzannerogerstoronto/Instagram

La nouvelle a d’abord été rapportée par le site Web Canadaland.

Ce n'est pas une bonne représentation du Canada ni de l’industrie de la mode torontoise, selon Michael Zoffranieri, diplômé de l'école de mode de l'université Ryerson et designer basé à Toronto, propriétaire de la marque de vêtements ZOFF.

L’Université Ryerson en gestion de crise

Sur les médias sociaux, plusieurs personnes ont interpellé l'Université Ryerson en lien avec la publication de la photo.

Dans une déclaration publiée sur sa page Instagram - qui a depuis été supprimée - la faculté de mode de l’Université Ryerson a appelé au dialogue avec Mme Rogers.

Le programme d'études et la culture de l'École de mode travaillent activement à contester, résister et défaire les valeurs, les structures et les pratiques de la suprématie blanche, de l'exclusion et de la discrimination que, selon nous, Trump a activement appliquées et exécutées pendant son mandat de président des États-Unis, peut-on lire dans la publication.

Nous invitons Suzanne Rogers à entamer un dialogue avec notre faculté, notre personnel et nos étudiants pour discuter de l'impact que Trump et sa communauté ont eu en nuisant davantage aux membres de l'industrie de la mode qui sont à faible revenu, Noirs, bruns, Asiatiques, handicapés, Autochtones, trans, queer et/ou qui font partie d'autres communautés systématiquement marginalisées.

Cette publication a été rapidement supprimée et remplacée par une nouvelle déclaration (Nouvelle fenêtre). Celle-ci affirme que la première publication ne reflète pas le point de vue de l’université.

Nous ne pensons pas que les médias sociaux soient la plateforme appropriée pour juger les actions des autres, indique la nouvelle déclaration.

Une avalanche de commentaires d'étudiants, de professeurs et d'anciens élèves s’est ajoutée à la nouvelle publication.

L'étudiante Meg O'Connell a écrit : Wow, je suis vraiment déçue en tant qu'étudiante en mode à Ryerson. Cela me fait vraiment remettre en question l'éducation pour laquelle je paie.

Robert Ott, professeur à Ryerson et directeur du SRFI, a confirmé à CBC News que deux membres du groupe consultatif de la faculté de mode ont remis leur démission lorsqu’ils ont vu la photo de Mme Rogers avec M. Trump. Il s’agit de Tyler Franch, vice-président de la Compagnie de la Baie d'Hudson, et Lisa Tant, consultante en communications créatives.

Le SRFI a été partiellement fondé grâce à un don d'un million de dollars de la Fondation Edward et Suzanne Rogers en 2016. Un second don d’un million de dollars a été remis à la faculté de mode en novembre 2020.

La famille Rogers fait partie des supporteurs les plus généreux de Ryerson, selon le site Web de l'université, contribuant un total de 34 millions de dollars au fil des ans.

Les valeurs de Ryerson remises en question

Dans une déclaration à CBC News, un porte-parole de l’Université Ryerson a affirmé que ses professeurs ont le droit de discuter et de critiquer à la fois l'université et la société en général s’ils le désirent.

Cependant, s'ils décident d'utiliser les canaux institutionnels, tels que les comptes de médias sociaux des départements, les procédures appropriées doivent être suivies, peut-on lire dans la déclaration.

L'université n'a pas répondu à des questions précises en lien avec la photo qui a suscité la controverse.

Rachel Romu, mannequin et activiste pour les personnes handicapées, s’est dite choquée de voir Mme Rogers et M. Trump ensemble.

Ceux qui ne sont pas affectés par des politiques ou des idées oppressives en raison de leur statut socio-économique ne voient pas le véritable préjudice que subissent les communautés marginalisées une fois que ces idées circulent parmi les partisans [de M. Trump], a déclaré Mme Romu.

Celle-ci rappelle l’incident où M. Trump s’était moqué d'un journaliste handicapé.

Nombreux sont ceux, dont M. Zoffranieri, qui réclament une réunion publique pour discuter de la question avec les membres de la communauté et les responsables de Ryerson.

Rogers Communications, Suzanne Rogers et les Blue Jays de Toronto n’avaient pas répondu aux demandes de commentaires de CBC News au moment de publier ces lignes.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !