•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un repêchage de la LCF après un an et demi sans football

Félix Garand-Gauthier baisse l'épaule alors qu'un joueur du Vert & Or tente de le plaquer.

Le centre-arrière Félix Garand-Gauthier fait partie des joueurs du Rouge et Or qui pourraient entendre leur nom, mardi soir, au repêchage de la LCF.

Photo : Mathieu Belanger

« J’ai juste vraiment hâte de jouer au football. Je m’en fous de sortir en 3e ou en 6e ronde. Peu importe ce sera où, j’ai juste hâte de remettre les épaulettes. »

Les mots sont ceux de Félix Garand-Gauthier, mais ils résument bien l’état d’esprit de l’ensemble des joueurs du Rouge et Or susceptibles d’être nommé, mardi soir, au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

Ils n’ont pas joué de matchs depuis un an et demi et, même s’ils sont repêchés, ils ne savent pas vraiment quand ils pourront faire leurs débuts professionnels. Mais après si longtemps loin de leur sport favori, la simple perspective de jouer est excitante.

Le football, c’est ma passion et je veux jouer professionnel depuis que je suis tout petit. C’est une des choses qui m’a permis de rester motivé cette année, lance le secondeur Kean Harelimana.

Kean Harelimana en action contre les Carabins

Un an après son frère Brian, Kean Harelimana espère entendre son nom au repêchage de la LCF.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Choix de troisième tour des Alouettes de Montréal il y un an, son frère Brian attend toujours, pandémie oblige, de faire ses débuts avec l’équipe. Si jamais la formation montréalaise devait jeter son dévolu sur Kean, les Harelimana seraient réunis après quelques années à s’affronter de part et d’autre de la rivalité Rouge et Or-Carabins.

Jouer pour les Alouettes, ce serait la cerise sur le sundae, mais je suis rendu à un stade dans ma vie où c’est n’importe où, n’importe quand. Que ce soit à Montréal ou à Regina, je veux juste avoir la chance de prouver ce que je sais faire sur le terrain.

Le dernier d'une lignée de botteurs du Rouge et Or

Comme Garand-Gauthier et Harelimana, le botteur David Côté avait reçu une invitation pour le camp d’évaluation national de la LCF.

Faute de pouvoir se réunir à Toronto devant les dépisteurs, les joueurs ont plutôt fait les tests physiques sur vidéo au Peps en compagnie des trois joueurs de l'équipe qui devaient participer au camp d’évaluation régional, Jonathan Breton-Robert, Mathieu Robitaille et Zack Fitzgerald.

Phénomène rare pour un botteur, Côté s’est illustré comme l'un des meilleurs athlètes au pays, toutes positions confondues. Mais ses résultats lui ont-ils fait gagner des points aux yeux des recruteurs?

Il effectue un botté de précision.

Le botteur David Côté lors du Hula Bowl, à Hawaï, en janvier

Photo : Avec la gracieuseté du Rouge et Or de l'Université Laval

C’est sûr que sauter haut ou courir vite a moins d’impact sur le jeu d’un botteur, mais ça démontre le sérieux que je mets à l'entraînement. C’est ce que je voulais prouver aux équipes, relate celui qui a longtemps gardé les buts au soccer, plus jeune.

L’athlète de 1,93 m (6 pi 4 po) et 101 kg (225 lb) a participé au Hula Bowl, à Hawaï en janvier, en compagnie d’espoir de la NFL, mais il estime que ses chances d’avoir une carrière professionnelle se trouvent au Canada.

Capable d’effectuer les bottés de dégagement autant que les placements, le footballeur de 24 ans suit d’ailleurs le tracé de deux de ses prédécesseurs du Rouge et Or, Christopher Milo et Boris Bede. Ce sont deux gars pour qui j’ai beaucoup de respect, à qui j’ai eu l’occasion de parler et qui ont eu de longues carrières dans la Ligue canadienne. Je m’inspire un peu d’eux lance-t-il.

Les unités spéciales comme porte d'entrée

S’il évolue à la position de centre-arrière, Félix Garand-Gauthier mise lui aussi sur son jeu sur les unités spéciales pour faire sa place dans les rangs professionnels.

C’est la porte d’entrée dans cette ligue-là pour la majorité des Canadiens. Ensuite, j’essaierai de faire mon chemin vers l’offensive. Je ne sais pas si ça va marcher, mais je vais essayer, dit l’athlète originaire de Mirabel.

Difficile de prédire à quel moment de la soirée il pourrait entendre son nom, mais à l’image de Côté et Harelimana, le simple fait d'être repêché serait un baume après une dure dernière année et demie loin du terrain.

Ça a été un processus plein d’embûches. Par moment, cet hiver, on n’avait pas accès au gymnase. On allait courir dans le stationnement souterrain à -20.

Une citation de :Félix Garand-Gauthier

En ce moment, je suis juste excité de savoir ce qui va se passer.

Le repêchage débute à 19 h, mardi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !