•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : le curé de Tracadie regrette de s'être mêlé de politique

Le père Marcel Lagacé

Le père Marcel Lagacé, en entrevue à Radio-Canada

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Le curé de Tracadie s’est immiscé brièvement dans la campagne électorale de la Municipalité régionale de Tracadie et il le regrette déjà à cause du climat toxique sur les réseaux sociaux.

C’est un fait rare : le curé de Tracadie a partagé des réflexions sur le climat politique de Tracadie dans une vidéo diffusée cette fin de semaine sur Facebook.

Bien que le curé répète ne pas vouloir prendre position pour un candidat en particulier, le message a mal passé pour certains, qui estiment anormal qu’un représentant de l’Église se prononce sur la politique.

Le père Marcel Lagacé sur Facebook.

Le père Marcel Lagacé dans une vidéo publiée sur Facebook

Photo : Facebook/Marcel Lagacé

J’ai eu mon baptême de feu, reconnaît Marcel Lagacé. Et c’est la dernière fois que je vais avoir un autre baptême comme ça. Je ne ferai plus de commentaires au niveau de la politique. Je vais m’en tenir au niveau de la religion.

La vidéo a été retirée.

Le curé explique qu’il a été ébranlé par la virulence des commentaires qu'il a reçus.

Mais maintenant, j’ai tiré la leçon parce que, comme je vous dis, c’est blessant de recevoir ces propos-là. Des propos qui diminuent, des propos qui nous abaissent.

Il assure ne pas avoir voulu prendre position dans la course à la mairie.

L'église de Tracadie.

L'église de Tracadie

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Pour sa part, la conseillère Chantale Mazerolle n’a pas apprécié ce qu’elle a entendu.

Je n'ai pas apprécié. Quand tu as été élevé catholique, puis respecté la religion catholique, je trouve que ça m’a surpris. J’aurais jamais cru entendre ça, dit-elle.

La conseillère municipale Chantal Mazerolle.

La conseillère municipale Chantal Mazerolle

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Même si le curé affirme demeurer neutre, selon elle, en lisant entre les lignes, on comprend qu’il penche davantage du côté de Jean-Yves McGraw.

Oui, parce que ce que je veux dire, c’est que toutes les critiques qu’il a données... Il accuse qui dans les critiques? Moi, qu’est-ce que j’ai entendu là, c’est que c’est la faute d’une seule personne.

Toutefois, une autre conseillère, Ginette Brideau Kervin, ne voit pas de problème et estime que le contenu de la vidéo fait partie du droit démocratique de tous les citoyens.

Non, non, je n’ai pas trouvé qu’il avait pris position, dit-elle.

La conseillère Ginette Brideau Kervin.

La conseillère Ginette Brideau Kervin

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Elle dit remarquer aussi que le climat est toxique sur les réseaux sociaux.

Sur les réseaux sociaux, c’est incroyable. Si tu n’es pas d’accord avec ce que le maire Denis Losier dit, tu es contre Denis Losier. Ce n’est pas ça. Ce n’est pas ça que la démocratie dit.

Il fut une époque où la religion et les curés n’hésitaient pas à s’immiscer dans la politique.

Certains internautes ont comparé la sortie publique du père Lagacé au fameux curé Labelle, du téléroman Les belles histoires des pays d'en haut.

Le curé Labelle, dans Les belles histoires des pays d'en haut.

Le curé Labelle, dans Les belles histoires des pays d'en haut

Photo : Radio-Canada

Le père Lagacé croit que cette comparaison est pas mal exagérée.

Je ne sais pas si le curé Labelle aurait vécu ça à son époque, mais peut-être qu’il aurait réagi d’une façon différente. Si on se base sur le caractère qu’on présentait à la télévision, c’était un homme assez bouillant!

Avec les informations d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !