•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inconduite dans l'armée : les conservateurs accentuent la pression sur Trudeau

La cheffe de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, en octobre 2018.

Les conservateurs et les néo-démocrates veulent entendre la cheffe de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, en comité parlementaire.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le Parti conservateur a déposé lundi une motion réclamant le congédiement de Katie Telford, la cheffe de cabinet du premier ministre Justin Trudeau, dans la foulée de sévères critiques concernant la gestion, par le gouvernement, de la crise actuelle au sujet des inconduites sexuelles dans l'armée. La motion sera débattue mardi.

Nous demandons au premier ministre d'agir et de congédier sa cheffe de cabinet, a déclaré le chef de l'opposition officielle, Erin O'Toole, lundi. Il est temps pour Justin Trudeau d'arrêter de cacher la vérité aux Canadiens et d'assumer la responsabilité des actions de son propre bureau.

Les conservateurs ont fait pression pour que Mme Telford soit convoquée devant le comité de la défense des Communes, qui cherche à savoir ce que des membres du gouvernement libéral connaissaient des allégations d'inconduite sexuelle visant le général Jonathan Vance, et à quel moment ils en avaient été informés.

Entre-temps, la réunion que devait tenir le comité lundi a été annulée à la dernière minute par sa présidente, la députée libérale Karen McCrimmon.

Dans un courriel, Mme McCrimmon a déclaré que le comité se réunira plus tard cette semaine et travaillera fort pour élaborer des recommandations à l'intention du gouvernement.

Les conservateurs accusent la présidente du comité de vouloir protéger Katie Telford et le gouvernement.

Erin O'Toole à la Chambre des communes.

Le chef de l'opposition officielle, Erin O'Toole, demande la démission de Katie Telford, la cheffe de cabinet de Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Un témoignage considéré comme pertinent

Les représentants de l'opposition au sein du comité veulent questionner Mme Telford sur la gestion par le gouvernement, en 2018, des allégations d'inconduite sexuelle visant le général Vance, alors chef d'état-major de la Défense.

Le témoignage de Katie Telford est considéré comme pertinent par les conservateurs et les néo-démocrates.

L'ancien conseiller principal du cabinet du premier ministre Elder Marques a déclaré devant le comité qu'il avait été informé par Mme Telford ou par un membre de son personnel d'une allégation d'inconduite personnelle contre M. Vance. Il a également précisé qu'il ne croyait pas que le premier ministre avait été informé de l'affaire.

Les conservateurs disent qu'ils veulent savoir pourquoi.

Si le premier ministre dit la vérité et qu'il veut faire croire aux Canadiens qu'il n'avait pas connaissance des preuves d'inconduite sexuelle contre le général Vance, il congédiera sa cheffe de cabinet, a déclaré leur chef Erin O'Toole.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de défense, Randall Garrison, a toutefois annoncé que son parti n'appuierait pas la motion des conservateurs. M. Garrison estime que la façon dont le gouvernement devait traiter l'allégation visant M. Vance en 2018 était de la responsabilité du premier ministre et du ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, et non de la cheffe de cabinet de M. Trudeau.

Avec les informations de Murray Brewster, de CBC, et de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.