•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique de la C.-B. hésitante quant à l'adoption d'un passeport vaccinal

Un homme et une femme attablés devant un café regardent la mer.

Des touristes à Tofino.

Photo : Tourisme Tofino: Kyler Vos

Le passeport vaccinal n’est pas la solution idéale pour aider l'industrie touristique de la Colombie-Britannique, disent plusieurs acteurs de ce secteur qui ont beaucoup souffert de la pandémie et de toutes les restrictions associées à la lutte contre la COVID-19.

Mais tous s’entendent pour dire qu’il faut agir rapidement pour lancer une bouée de sauvetage à une industrie qui se noie.

Un surfeur tient sa planche sous son bras pendant qu'il marche sur la plage en direction des vagues.

Un surfeur se prépare à aller dans l'eau à Tofino

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

La petite communauté de Tofino, sur l’île de Vancouver, vit du tourisme. Depuis le début de la pandémie, les entrepreneurs souffrent beaucoup, et deux hôtels ont dû fermer boutique, raconte Jacques Bélanger, directeur général du Crystal Cove Beach Resort, à Tofino.

Jacques Bélanger, qui est également vice-président de l'Association du tourisme de la Colombie-Britannique, s'inquiète surtout de la gestion d'un passeport vaccinal. Qui va gérer cela et qui va faire les règlements, demande M. Bélanger.

Beaucoup de gens, spécialement du côté américain, ne veulent pas se faire vacciner. Qu’est-ce qu’on va faire? Refuser les touristes américains?

Une citation de :Jacques Bélanger, vice-président, Association du tourisme de la Colombie-Britannique
Un récif corallien montre des oursins qui envahissent les forêts de varech.

Une entreprise de plongée de l'île de Vancouver est l'une des entreprises britanno-colombiennes qui ont beaucoup souffert pendant la pandémie.

Photo : Peter Mieras

Peter Mieras, qui possède une entreprise de plongée sur l'île de Vancouver, Rendez-vous Dive Adventures, a également des inquiétudes par rapport à la création d’un passeport vaccinal. Il craint surtout qu’un tel outil soit un tremplin pour demander d’autres informations personnelles. Cela pourrait devenir un cauchemar, croit-il.

Après un passeport sur les vaccins, on va demander quoi, un passeport sur le SIDA? Et un passeport sur je ne sais quoi?

Une citation de :Peter Mieras, entrepreneur, Rendez-vous Dive Adventures

De son côté, l’Association touristique autochtone du Canada croit que la solution est plutôt qu’Ottawa investisse davantage d’argent pour soutenir toutes les entreprises touristiques au pays. Parce que, sans entreprises, il n’y aura pas de tourisme, précise Sébastien Desnoyers-Picard, directeur du marketing au sein de l'Association.

Une dizaine de personnes pagaient dans un canot sur l'eau au large des côtes.

Des visiteurs se rendent en canoë dans l’archipel Haida Gwaii, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Bouée de sauvetage

Pour sa part, Tourisme Richmond, une ville en banlieue de Vancouver où se situe l’aéroport international de Vancouver, voit d’un bon œil la suggestion d’un passeport vaccinal.

C’est une discussion très positive que nous appuyons, car cela pourrait vouloir dire que nos marchés (touristiques) pourraient accueillir plus rapidement des touristes, affirme Nancy Small, présidente-directrice générale de Tourisme Richmond, surtout de pays qui ont des campagnes de vaccination solides, comme la Grande-Bretagne et les États-Unis.

Une affiche sur le coronavirus a l'aéroport de Vancouver.

Les touristes internationaux sont essentiels pour assurer la survie des entreprises de tourisme à Richmond, affirme Tourisme Richmond.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

Que cela s’appelle un passeport de vaccination ou autre chose, ça serait un pas en avant pour l’industrie, qui compte beaucoup sur les visiteurs étrangers pour survivre.

Une citation de :Nancy Small, présidente-directrice générale, Tourisme Richmond

Visiteurs étrangers ou visiteurs de la région?

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, s'est déjà prononcé en faveur d’exigences pour contraindre les voyageurs arrivant de l'étranger à présenter une preuve de vaccination en arrivant dans la province.

Toutefois, John Horgan hésite à l'idée d'imposer une telle exigence aux Britanno-Colombiens à l'intérieur des frontières de leur province.

D'après des informations de Dominique Lévesque et Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !