•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roberto Alomar démissionne du conseil d'administration du Temple de la renommée

Roberto Alomar lors de la cérémonie du retrait de son chandail en 2011.

Roberto Alomar lors de la cérémonie du retrait de son chandail en 2011.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Roberto Alomar a démissionné du conseil d'administration du Temple de la renommée du baseball. Cette démission est en lien avec une enquête sur une présumée inconduite sexuelle impliquant l'ancien joueur de deuxième but des Blue Jays de Toronto.

La direction du Temple a déclaré lundi dans un communiqué que le conseil d'administration avait accepté la lettre de démission d'Alomar. Celui-ci l’a soumise samedi, selon le communiqué.

La plaque d’Alomar, qui a été intronisé au Temple en 2011, restera sur place.

Les Blue Jays ont rompu les liens avec Alomar et le baseball majeur (MLB) l'a licencié de son rôle de consultant spécial à la suite des conclusions de l'enquête.

Le commissaire de la MLB, Rob Manfred, a annoncé vendredi qu'Alomar avait été licencié de son poste de consultant et placé sur la sur la liste des inadmissibles de la ligue à la suite des résultats de l'enquête indépendante.

Manfred a déclaré qu'un employé de l'industrie du baseball a signalé un incident impliquant Alomar en 2014.

Peu après que la MLB ait rendu sa décision publique, les Blue Jays ont annoncé qu'ils coupaient les liens avec Alomar. Celui-ci a été une partie intégrante des deux conquêtes de la Série mondiale de Toronto en 1992 et en 1993.

Les Blue Jays ont aussi réagi par voie de communiqué vendredi. Ils ont appuyé la décision de la MLB et aussi mis fin au contrat de consultant de l'ancien joueur. L'organisation torontoise a ajouté qu'elle retirera également la bannière à l'effigie du numéro 12 de Roberto Alomar des hauteurs du Centre Rogers.

Il a également été démis de ses fonctions d'assistant spécial de l'équipe.

L'allégation n'a pas été vérifiée par un tribunal, et un avocat de la femme qui a signalé l'incident a déclaré que sa cliente n'a pas l'intention de poursuivre en justice Alomar ou de prendre d'autres mesures.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !