•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : de nouveaux diplômés en renfort pour contrer la pénurie d’enseignants

Un enfant lève le doigt dans une salle de classe.

Plusieurs écoles de Winnipeg sont en enseignement à distance en raison d'éclosions de COVID-19.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Radio-Canada

Des divisions scolaires à Winnipeg se réjouissent de l’arrivée d’enseignants nouvellement diplômés pour remplacer leurs employés en quarantaine à cause de la COVID-19.

La division scolaire Seven Oaks avait 114 postes inoccupés, vendredi, en raison de la pandémie, et était seulement en mesure de trouver des remplaçants pour 71 d’entre eux, selon le directeur général, Brian O’Leary.

Certaines classes du secondaire ont été annulées afin d’assurer la surveillance des élèves plus jeunes. Nous faisons tout notre possible pour simplement assurer que les classes soient surveillées, dit M. O’Leary.

La division scolaire vient tout juste d’embaucher 150 diplômés en éducation pour des contrats à temps plein comme remplaçants, et 40 vont commencer à travailler tous les jours dès leur embauche, poursuit le directeur général.

Il croit que cela aidera à soulager la pression causée par la quarantaine à laquelle doivent se soumettre les enseignants.

Nous espérons que les pénuries, qui sont devenues prononcées à la fin de la semaine dernière, ne vont pas nous toucher de la même manière pour le reste de l’année, dit-il. Je crois que tout le monde dans le système est en perte de vitesse.

En date de lundi, la Division scolaire de Winnipeg a embauché 95 nouveaux diplômés en éducation, ainsi que 85 autres en attente de l’obtention de leur diplôme, selon la porte-parole, Radean Carter.

Ils s’ajoutent aux 37 nouveaux remplaçants embauchés depuis février, ce qui porte le nombre de remplaçants dans la division scolaire à 1335. Tous sont utilisés pleinement, selon Mme Carter.

Elle note que le nombre de postes vacants a augmenté au cours des deux dernières semaines et que les recrues devraient aider à faire face à ces absences.

Cependant, les membres de notre personnel qui sont des contacts étroits [de personnes atteintes par la COVID-19] n’ont plus d’exemption de quarantaine (depuis le 13 avril) et cela augmente le besoin de remplacements ou de passer à l’enseignement à distance, poursuit-elle.

Vacciner les enseignants

Le 28 avril, il y avait plus de 400 cas de COVID-19 parmi les élèves et les enseignants dans la province.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, assure cependant que les écoles sont sécuritaires et que la transmission de COVID-19 y est rare.

La semaine dernière, le syndicat des enseignants de la province, la Manitoba Teachers’ Society, a réclamé la transition à l’apprentissage à domicile de toutes les écoles de Winnipeg.

Brian O’Leary souhaite pour sa part que les écoles restent ouvertes. Ce n’est pas une solution, il ne s’agit pas d’une éducation de qualité et nous serions simplement en train de déplacer le fardeau, dit-il.

Il prône plutôt la vaccination de tous les enseignants. La semaine dernière, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré qu’il élaborait un plan pour que tous les enseignants puissent être vaccinés au Dakota du Nord. Plus de détails devraient être dévoilés à ce sujet cette semaine.

Avec les informations de Bryce Hoye

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !