•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un allègement des mesures sanitaires à venir en Outaouais?

Un homme marche dans la rue avec un masque sur le visage.

L'Outaouais a enregistré, lundi, 15 nouveaux cas de COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / David Richard

Radio-Canada

Après avoir enregistré, lundi, sa plus faible augmentation quotidienne de cas de COVID-19 en près de deux mois, est-ce que l’Outaouais aura la chance de voir les restrictions sanitaires être allégées?

Le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon, se dit encouragé de voir le nombre de cas diminuer et il souhaite des allégements des mesures actuellement en vigueur jusqu’au 9 mai inclus.

Je pense qu’il faut récompenser les gens d’avoir fait le travail nécessaire, d’avoir pris les mesures à cœur et de les avoir respectées.

Une citation de :Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

Il mentionne que cela enverrait également un bon message à la population en leur signifiant que leurs efforts portent leurs fruits. Quant à savoir quoi rouvrir, quoi ne pas rouvrir, il répond qu’il préconise une approche progressive pour ne pas faire un pas de recul dans un mois ou deux.

Benoit Lauzon estime aussi que les écoles primaires et d’autres services pourraient être autorisés à ouvrir leurs portes, en donnant en exemple les salons de coiffure. Selon lui, il n’est cependant pas le temps de donner le feu vert pour rouvrir les restaurants et les bars.

En ce qui a trait aux écoles primaires, le député libéral du Pontiac, André Fortin, considère que la santé publique doit emprunter la même méthode déjà utilisée dans d’autres régions du Québec. Il donne en exemple Québec et Lévis, qui ont pu rouvrir les portes de leurs écoles primaires, lundi. Lorsque l’annonce a été faite la semaine dernière, le gouvernement s’est engagé à ce que les tests de dépistage rapide soient disponibles pour le personnel et les élèves de ces écoles primaires. Je m’attends à la même chose pour la région si le gouvernement va dans cette direction-là, dit-il.

De son côté, le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Stéphane Bisson, affirme que ses attentes sont davantage réalistes. Il voit lui aussi d’un œil positif la diminution des cas quotidiens, mais en revanche, il surveille avec beaucoup d’attention la hausse des hospitalisations en Outaouais.

Il a notamment une pensée pour les commerçants et le secteur de la restauration, des industries qui ont été mises à rude épreuve durant la dernière année. Stéphane Bisson aimerait qu’elles bénéficient d’un souffle nouveau, mais il est hors de question d’avoir une quatrième fermeture, insiste-t-il.

Je suis d’accord qu’on prolonge les mesures de confinement pour que, quand on ouvrira les commerces, ce soit la bonne fois.

Une citation de :Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau

Dans l'œil de Stéphane Bisson, la réouverture se fera progressivement, et avec une bonne dose de prudence, tout d’abord dans certaines zones où la propagation est moindre. Il évalue que la clé est la vaccination. Plus rapide elle se fait, plus rapide sera le relâchement des mesures sanitaires. Pour tout cela, il réitère sa confiance à l’égard du gouvernement et des autorités de santé publique.

Benoit Lauzon abonde dans le même sens, encore une fois avec davantage d'optimisme. Ça se passe extrêmement bien. L’objectif est de vacciner 70 % de la population. Chez nous, ça répond extrêmement bien, même les pharmacies ont commencé à annoncer la vaccination en mai [...] et les places se remplissent rapidement.

Photo du maire devant l'hôtel de ville.

Benoit Lauzon occupe aussi les fonctions de maire de Thurso (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Les conséquences aux antipodes du drôle de virus

Stéphane Bisson parle du coronavirus comme étant un drôle de virus qui n’affecte pas tous les commerces de la même façon. Il va même jusqu’à dire que la pandémie a eu des effets bénéfiques sur certains d'entre eux, mais que cela a été désastreux pour d’autres.

Des chiffres du mois dernier [parlaient] d’une augmentation de 100 000 $ de pertes financières ou de prêts supplémentaires que les entreprises ont dû engager. Il y a eu énormément de soutien du gouvernement pour aider à adoucir le plus possible les effets de la COVID, mais reste qu’il y a toute une réadaptation qui doit se faire au quotidien.

Portait de l'homme devant un tableau illustrant des chapeaux et des feuilles d'érable.

Stéphane Bisson, président de la Chambre de commerce de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

Les aléas des derniers mois ont miné le moral des troupes, a-t-il remarqué, mais il ajoute que les entrepreneurs ne veulent pas sacrifier des vies humaines pour la santé économique.

Dans une réponse écrite envoyée à ICI Ottawa-Gatineau, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais juge qu'il encore trop tôt pour se prononcer sur la levée des mesures spéciales d'urgence sur le territoire et indique qu'un point sur la situation COVID-19 sera fait mercredi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Avec les informations de Nathalie Tremblay, de Samuel Blais-Gauthier et de Gabriel Le Marquand Perreault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !